Monday, December 30, 2019

Calendars in Sweden and in Austria


In US, it is possible, at least it comes off as a standard, that calendars are one bunch of 365 small leaves, and you pull one off each day. I've seen that type in Sweden too, but another one is more standard. Same thing for Austria. It has at least thirteen leaves and numbers 2 - 12 have dates on one side and an image on the other side. Number 1 which you hang up first alone only has an image corresponding to the dates on number two hanging below. And number 13 has only dates for December and no image for next month, since that is next year.

Now, I will here show how the date sides of calendars look, first January and February next year in Sweden, then January and February next year in Austria.

First a guide to abbreviations:

v.=vecka=W.=Woche=week
=Söndag=So=Sonntag=Sunday
=Måndag=Mo=Montag=Monday
Ti=Tisdag=Di=Dienstag=Tuesday
On=Onsdag=Mi=Mittwoch=Wednesday
To=Torsdag=Do=Donnerstag=Thursday
Fr=Fredag=Fr=Freitag=Friday
=Lördag=Sa=Samstag=Saturday


I leave out marking Sundays red or marking non-Sunday feast days red (Epiphany or January 6 in Sweden and Austria, Candlemass or February 2nd in at least Austria).

Now Sweden:

JANUARI 2020
 v. 52 v. 1 v. 2 v. 3 v. 4
 
6
13
20
27
Ti 
7
14
21
28
On
1
8
15
22
29
To
2
9
16
23
30
Fr
3
10
17
24
31
4
11
18
25
5
12
19
26


FEBRUARI 2020
 v. 4 v. 5 v. 6 v. 7 v. 8
 
3
10
17
24
Ti 
4
11
18
25
On 
5
12
19
26
To 
6
13
20
27
Fr 
7
14
21
28
1
8
15
22
29
2
9
16
23


Now Austria:

JÄNNER 2020
 W. 52 W. 1 W. 2 W. 3 W. 4
So 
5
12
19
26
Mo 
6
13
20
27
Di 
7
14
21
28
Mi
1
8
15
22
29
Do
2
9
16
23
30
Fr
3
10
17
24
31
Sa
4
11
18
25


FEBER 2020
 W. 4 W. 5 W. 6 W. 7 W. 8
So 
2
9
16
23
Mo 
3
10
17
24
Di 
4
11
18
25
Mi 
5
12
19
26
Do 
6
13
20
27
Fr 
7
14
21
28
Sa
1
8
15
22
29


If you know German, you may note that while Jänner and Feber are not standard Germany German, they are standard Austrian German.

Common things are that weeks are counted, and that a week carries on identically in its number from the month where it began, so week 4 begins in January and ends in February.

That is why January begins with remaining days of week 52 of the previous year.

One difference is, and I noted it as a child, Swedish week counting begins on Mondays, like five days' work before two days' weekend, but Austrian weeks begin on Sundays, as the Biblical "first day" of the week and Saturday remains the seventh day as it was in the Old Testament.

This means a common year which ends on Monday in Sweden but one which ends on Sunday in Austria will have a week 53 and the first week of next year will have remaining six days of week 53. In the case of leap years, years ending Monday 30th and Tuesday 31st will have have the week 53 with five remaining days in next year in Sweden, while in Austria that happens with Sunday 30th and Monday 31st. One can also imagine a leap year ending in Monday in Sweden and in Sunday in Austria having its week 53 carrying on into next year.

One advantage is, as you have week numbers any planning which involves week so and so of the year is readable if you consult the calendar. Another one, common to Austria's Catholics and Sweden's Lutherans is, you will see the numbered Sundays of for instance Advent or Lent or after Epiphany or after Pentecost - that is, in Sweden, Sundays in that period don't go "Pentecost, Trinity or 1st after Pentecost, 2nd after Pentecost", but instead "Pentecost, Trinity, 1st after Trinity".

As Lutherans and Anglicans both took over most of the Catholic calendars, this has some importance even in Sweden and I presume England.

Hans Georg Lundahl
Ivry
Sts Sabinus of Assisi
and Companions, martyrs at Spoleto
30.XII.2019

Spoleti item natalis sanctorum Martyrum Sabini, Assisiensis Episcopi, atque Exsuperantii et Marcelli Diaconorum, ac Venustiani Praesidis cum uxore et filiis, sub Maximiano Imperatore. Ex ipsis Marcellus et Exsuperantius, primum equuleo suspensi, deinde fustibus graviter mactati, postremnm, abrasi ungulis et laterum exustione assati, martyrium compleverunt; Venustianus autem non multo post, simul cum uxore et filiis, est gladio necatus; sanctus vero Sabinus, post detruncationem manuum et diutinam carceris macerationem, ad mortem usque caesus est. Horum martyrium, licet diverso exstiterit tempore, una tamen die recolitur.

Friday, December 27, 2019

Will the Courses of Priestly Service Give Full Years? No.


First of all, the courses are in cycles of 24 weeks which then start all over again.

Second, no natural year is only 48 weeks long.

Third, the mean length of Hebrew calendar years are the length of same number of natural years added, with little discrepancy in shorter periods.

This means, any reasonably cycle of years will have clear discrepancies from cycles of 48.

But even more, Unlearn the Lies presenter Lex stated that three feasts were excempt from the cycles, so that makes an overall cycle of 51 weeks. He is presenting his "annual cycle" in 7:18 to 7:38 where he states all priests served Passover, Shavuot and Sukkot.*

And, this one also gives no correspondence year by year.

This means, the courses of the priests clearly vary from year to year.

I will first deal with natural years.

365.25 * 7 = 2556.75 (2557)
2557 / 7 = 365.2857142857142857 (365)
365 / 48 = 7.6041666666666667 (29 weeks left, so extra "half year" cycle of 24 + another 5 weeks)
365 / 51 = 7.1568627450980392 (8 weeks left)

365.25 * 21 = 7670.25 (7670)
7670 / 7 = 1096
1096 / 48 = 22.8333333333333333 (40 weeks left, so 8 weeks short of a 23:rd cycle in 21 years)
1096 / 51 = 21.4901960784313725 (25 weeks left, so an extra "half year" cycle and an extra week after 21 "full year" cycles)

365.25 * 19 = 6939.75 (6940)
6940 / 7 = 991.4285714285714286
991 / 48 = 20.6458333333333333
992 / 48 = 20.6666666666666667 (after 20 "full year" cycles in 19 years, there are 31 to 32 weeks left, meaning another "half year" cycle and 7 to 8 weeks left)
991 / 51 = 19.4313725490196078
992 / 51 = 19.4509803921568627 (after 19 "full year" cycles in 19 years, there are 22 to 23 weeks left, that is one to two weeks short of another "half year" cycle)

365.25 * 24 = 8766
8766 / 7 = 1252.2857142857142857
1252 / 48 = 26.0833333333333333 (26 "full year" cycles and 4 weeks)
1252 / 51 = 24.5490196078431373 (24 "full year" cycles, one "half year" cycle and 4 weeks)

365.25 * 48 = 17 532
17 532 / 7 = 2504.5714285714285714
2504 / 48 = 52.1666666666666667
2505 / 48 = 52.1875 (52 "full year" cycles in 48 years and 8 to 9 more weeks)

365.25 * 51 = 18 627.75 (18 628)
18 628 / 7 = 2661.1428571428571429
2661 / 51 = 52.1764705882352941 (52 "full year" cycles in 51 years, and 9 more weeks).

5760 (1999–2000) had Rosh Hashanah on Sept. 11. It seems this date does not recur exactly between 1999 and 2050. But 10th and 12th do.

Next year (2000 - 2001) had it on Saturday, September 30.

September 30 recurs for 5769 (2008–2009), 5780 (2019–2020), 5799 (2038–2039) if it happens, and I have not taken into account October 1 and September 29.µ

So, while year to year is clearly not a natural year, over the years they average into same number of natural years.

This means, no set of Hebrew years can have either 48 or 51 weeks as full annual cycle.

This means, if Lex calculates it out as if first division beginning in first Sabbath of the month of Aviv always means the same course, namely the first lot, that of Joiarib, I Chron. 24:7 would be wrong. The Mishnah information would rather mean that the first lot of the year - Joiarib one year, the one King David made the system, someone else next and so on. And this means, as Catholics have stated, one must count backwards from a known date with a known course, which we have for destruction of Temple.

THIS is how Catholics calculated that St. Zachary served second week of Tishri./HGL - and Merry Christmas!

* Was Jesus really born on December 25th (Christmas Lies)
UNLEARN the lies | 20.XII.2014
https://www.youtube.com/watch?v=hJ-FG_zDhW4&t=359s

Wednesday, December 25, 2019

Why does Father Christmas come at Midnight with Presents?


Midnight is the hour when people who are desparate and want to sell their souls to Satan go to meet him. Midnight is the hour when Count Dracula leaves the coffin to go and chase human blood. Why does Father Christmas come precisely then?

Look up Apocalypse. When Antichrist is at his strongest, preparing his death blow to the last Christian army, if it's even that much, someone's coming in the clouds to change the odds.

Look it up in Apocalypse 19. And Father Christmas' sledge is also considered to come from on high.

But of course, Father Christmas doesn't come with armies of horses and riders ... except when he does, when that is what the toys look like. Now, we may go back a little to people who prefer spelling his name Santa Claus or Saint Nicolas ... he threw presents to people to help them not throw away their souls (and bodies) out of desperation.

That's why he comes at midight. Because, the second advent and the first advent belong together. Because souls assailed need gifts - not just spiritual but material too, like when St. Nicolas threw the money - in order to keep their salvation.

Hans Georg Lundahl
Paris, Pompidolian Library
Christmas Day
25.XII.2019

Tuesday, December 24, 2019

Does it Make Sense for Christ to Have been Born at Chanukka time?


Assorted retorts from yahoo boards and elsewhere : Soon Christmas · New blog on the kid : On the Date of Christmas · Φιλολoγικά / Philologica : Second week of Tishri + 15 Month = Christmas · Does it Make Sense for Christ to Have been Born at Chanukka time?

Did He care about it, back during the validity of the Old Covenant?

Probably at least in some way.

John 10:22 And it was the feast of the dedication at Jerusalem: and it was winter.

The feast of what?

The feast of dedication.

Dedication of what?

Of the Temple.

What is the Body of Christ?

The true and eternal and therefore also Third Temple.

Jesus answered, and said to them: Destroy this temple, and in three days I will raise it up. The Jews then said: Six and forty years was this temple in building; and wilt thou raise it up in three days? But he spoke of the temple of his body. John 2:19-21

So, either His birth or His conception or His circumcision should have been under Chanukkah.

This year our feast of Christmas comes while Jews are celebrating their Chanukkah.

But even more : the fact made it easy to check when He was thirty and could take disciples in Jewish custom. And this without His explicitly celebrating His own birthday.

It also provided some keys to His rejection of the Devil's temptations.

"Throw yourself off the Temple"

Well, that would be somewhat disrespectful of the Temple, for one. Even with counting on angels.

"Adore me, and I will give you ..."

Was He going to make an abomination of desolation of the Temple that was His body? No, of course!

Probably, when the Devil spoke, it was both Chanukka and Christmas day. And when the angels served him, that serves as an example that Christmas presents in food are very fine.

Hans Georg Lundahl
Paris
Christmas Eve
24.XII.2019

Monday, December 2, 2019

Théodore Bèze défenseur de la transcendance de Dieu? Serait-ce une blague?


D'abord en quel livre il venait d'être présenté comme un tel défenseur - et combien (peu) j'en ai lu.

Il paraît que Chesterton avait l'habitude très louable de lire chaque livre dont il se prononçait, et même davantage. Mais il dormait aussi très bien, dans la collection d'essais traduits en allemand, Ballspiel mit Ideen, un des essais est "über das im Bett Liegenbleiben". Sur la grasse matinée. N'ayant pas profité d'une grasse matinée ce matin, j'ai quitté impatiemment un livre bien avant de le finir, et voici lequel:

Arlette Jouanne : La Saint-Barthélémy Les mystères d'un crime d'état (24 août 1572). Je l'ai quitté à la page 39. Très impatient de répondre à un point. Voir le titre.

Il y a parmi des lecteurs certains qui sont impatients aussi. Il voudraient savoir comment je me positionne vis-à-vis le crime d'état commis par un état catholiques. Commençons par ce que j'ai appris sur Coligny avant la page 39 avec mes propres évaluations et comparaisons.

Un jour, il avait jugé 250 paysans ayant résisté en guerilla. Il les a tous tués. Un peu comme la Gestapo en raflant des résistants, eux aussi avait la fâcheuse habitude de tuer tous. Normal, leurs ordres venaient de Berlin, leurs chefs ultimes venaient de Berlin, et à Berlin se trouvaient certains de la progéniture spirituelle de Coligny, non? La paix de 1570 avait stipulé aucune vengeance de quel côté que ce soit. Donc, pas non plus des vengeances contre Coligny de la part de Catholiques, pour ce genre de massacre. C'est un peu comme si un officier de Gestapo ou de Wehrmacht avait profité d'un amnistie pour les faits pendants la guerre contre les résistants. Et certains semblaient avoir voulu insister pour que quelques coupables principaux, dont Coligny, seraient quand même punis (un peu comme certains entre Néguev et la Méditerranée avaient été très contre l'amnistie donnée de fait par Argentine, pas accordée "de la part d'Israël", à Dr. Mengele, et on l'a kidnappé pour le juger), et ceci de manière de justice sauvage, sauf qu'ordonné quand même pour le roi. ET de la suite quand Coligny est assassiné (mot dubieux, car la justice royale aurait été impliquée, en dépit des termes de la paix), certains trouvent bien de se venger sur les Huguenots tout court, un peu comme l'Épuration ou les épurations sous l'Armée Rouge font une "justice" un peu trop tueuse.

Bon, après de satisfaire ce genre de curiosité, allons aux choses sérieuses. L'auteure nous présente les raisons de haine mutuelle, et elle commence par les haines des Huguenots envers les Catholiques. Je la cite:

Pire, en croyant qu'au moment de la consécration eucharistique, au cours de la messe, le pain de l'hostie et le vin du calice devenaient le corps et le sang du Christ, ils faisaient preuve d'une crédulité qui méconnaissait gravement la transcendance divine : selon Théodore de Bèze, le principal disciple de Calvin, le corps du Christ "est éloigné du pain et du vin autant que le plus haut ciel est éloigné de la terre."


Je me passe de regarder la note 5, je n'ai pas eu ma grasse matinée. Je crois la citation des mots de Bèze correcte, Arlette Jouanne devrait avoir eu le sommeil suffisant pour faire un livre pleinement académique.

Mais par contre, elle semble avoir voulu interpréter "éloigné ... autant que le plus haut ciel est éloigné de la terre" comme une manière pittoresque et anciennent d'affirmer qu'il y avait deux catégories dont l'une transcendait totalement l'autre. Le corps du Christ n'est pas séparé de Sa Divinité, mais n'est pas non plus identique à Celle-ci, et la transcendance divine n'est pas un attribut du corps du Christ, ni dans la théologie catholique, ni dans la théologie calviniste. Le corps du Christ avait du temps de Sa vie terrestre (de Son âge adulte) une hauteur qui dépassait vraisemblablement 1 mètre 50, et vraisemblablement pas 2 mètres. Ce corps a toujours une hauteur d'entre 1.50 et 2. Ou comme j'ai dit : six pieds célestes, le pied étant environ un sixième d'un homme en longueur et le roi d'un pays étant celui dont ce sixième sert de modèle, et Lui, Il est le Roi du Ciel.

Ce corps se trouve dans un endroit, pas dans une pure transcendance. Bèze et St. François de Sales croyaient les deux ce point de Firmiter credimus*, que ke Christ descenda aux Enfers par l'âme, résurgit le troisième jour par le corps, et ascendit aux cieux par les deux, et ils seraient donc très d'accord les deux que l'endroit est "le plus haut ciel", et que "le plus haut ciel" ne décrit donc pas la transcendance, mais un endroit. Le mot Ciel est dit de trois au moins divisions de l'espace totale de l'univers créé:

  • 1) l'atmosphère
  • 2) l'espace étudié par les astronomes
  • 3) le plus haut ciel.


Comme la 2e est plus éloigné du centre de la terre que la 1ère, ainsi la 3e est plus éloigné du centre de la terre que la 2e. Plus haut veut donc dire, plus périphérique. Plus bas, plus proche du centre de l'univers, qu'est la terre, et de son centre.

À personne à cette époque ne serait venue l'idée que le ciel des étoiles serait 13 milliards d'années-lumières ou davantage en rayon, et à très peux, et ceux-ci ou celui-ci (je vise Giordano Bruno) pas orthodoxe, que le ciel des étoiles serait infini, tout court. Il était très vaste, suffisamment pour que l'extendu de la terre soit en comparaison comme un point, mais point infini, donc limité. Et au-delà de sa limite supérieure se trouvait "le très haut ciel". Dedans, Jésus le Christ est assis (ou débout, s'Il préfère se promener). Eh oui, Il n'a pas cessé d'être Homme, ni d'avoir un Corps en ascendant aux cieux.

Vu que Jésus-Christ est placé là-haut, thèse commune accordé par Calvinistes et par Catholiques, était-Il aussi dans l'hostie eucharistique ou non? Les Catholiques, nous croyons à un miracle pas identique, mais adombré par les bilocations qu'ont vécu certains saints. Dont la Sainte Vierge au moment d'apparaître à St. Jaques en Espagne, dont beaucoup plus récemment Padre Pio, qui avait écouté la confession d'une Italienne non anglophone à Chicago, qui manquait de prêtre italophone avant de mourir - si c'est vrai, ce qui est moins assuré que l'apparition Notre Dame du Pilier. Les Calvinistes refusaient ce genre de miracle à l'eucharistie.

Et, je ne vois pas comment ce serait affirmer la transcendance de Dieu que de ne pas Lui accorder un miracle si celui-ci s'accorde mieux avec le sens grammatical simple des mots de l'institution.

En plus, ce serait aussi affirmer la transcendance de Dieu que de refuser notre causalité par libre arbitre impliqué dans notre salut. Ici, je n'ai pas noté les mots exactes, pardon. Mais, l'idée, c'est le contraire que d'affirmer la transcendance de Dieu. C'est nous Catholiques qui affirmons que la transcendance de Dieu est suffisamment transcendante pour permettre (pas partout nécessiter!) des causes non transcendantes aussi. Dieu cause notre salut comme cause première. Notre choix le cause comme cause secondaire. Dieu pourrait le choisir comme causé uniquement par Lui-même, ou comme causé par n'importe quel cause sécondaire, mais Il a préféré de de le choisir comme causé par notre libre choix comme la cause secondaire choisie.

Pour les Calvinistes, la causalité de Dieu est tellement peu transcendante que le fait qu'Il cause implique que la Créature ne cause pas. Comme si causalité première et la causalité secondaire étaient la même catégorie.

Hans Georg Lundahl
St. Maur
Ste. Viviane
2.XII.2019

PS, comme je n'ai vraiment pas eu une grasse matinée, je me suis même trompé sur le nom de l'auteure. Elle s'appelle apparemment, selon Amazon, Arlette Jouanna!/HGL

PPS, l'excellent essai par Chesterton en v.o.:

G. K. Chesterton's Works on the Web : On Lying in Bed
http://www.gkc.org.uk/gkc/books/On_Lying_In_Bed.html


* St. François aurait cru ça à cause de Firmiter credimus, mais Bèze n'était pas un Albigeois non plus!

801 429 Et tandem unigenitus Dei Filius Jesus Christus, a tota Trinitate communiter incarnatus, ex Maria semper Virgine Spiritus Sancti cooperatione conceptus, verus homo factus, ex anima rationali et humana carne compositus, una in duabus naturis persona, viam vitae manifestius demonstravit. Qui cum secundum divinitatem sit immortalis et impassibilis, idem ipse secundum humanitatem factus est passibilis et mortalis: qui(n) etiam pro salute humani generis in ligno crucis passus et mortuus, descendit ad infernos, resurrexit a mortuis et ascendit in caelum: sed descendit in anima, et resurrexit in carne: ascenditque pariter in utroque: venturus in fine saeculi, iudicaturus vivos et mortuos, et redditurus singulis secundum opera sua, tam reprobis quam electis: qui omnes cum suis propriis resurgent corporibus, quae nunc gestant, ut recipiant secundum opera sua, sive bona fuerint sive mala, illi cum diabolo poenam perpetuam, et isti cum Christo gloriam sempiternam.

Thursday, November 28, 2019

Previous Work on Logarithms


Assorted retorts from yahoo boards and elsewhere : Medieval Quadrivium and Logarithms (quora) · Φιλολoγικά/Philologica : Expressing Logarithms in Points of Royal Feet · Previous Work on Logarithms

I have previously been called out for believing that expressing logarithms in feet, inches, lines (and points) would make them rational.

Not so.

I do not believe in irrational numbers, but then again, I do not call π or logarithms or square root of 2 or sine, cosine, tangent, cotangent, secant, cosecant "numbers".

My previous work involved calculating approximate logarithms for 2 and 3, and perhaps some more, so as to prove I understood them, while not considering them as "irrational numbers" because I objected to calling them numbers.

I repeated some, and came to logarithm of 9 as somewhere 21/22 or 20/21.

How so? "1021/22 = (approx.) 20/21 = (approx.) 9" would have this meaning:

1021 = (approx.) 922
1020 = (approx.) 921

921 = 109 418 989 131 512 359 209
1020 = 100 000 000 000 000 000 000
922 = 984 770 902 183 611 232 881
1021 = 1 000 000 000 000 000 000 000


Now for the ratios:

21/22 = 0.9545454545454545
20/21 = 0.9523809523809524

And the logarithm for 9:

0.9542425094393249

Obviously halving the ratio will give an approximate logarithm for 3 (halve a logarithm and you make a root extraction for antilogarithm).

21/44 = 0.4772727272727273
10/21 = 0.4761904761904762

And the logarithm for 3:

0.4771212547196624

The one major reason why I presented my earlier results (which, remember, were not meant to improve existing logarithm tables, just to prove my approach is a valid one on the subject) was so as not to be influenced by any logarithms I happened to recall (as I calculated a logarithm for 2 and very well recalled 0.301, the risk of such influence was imminent) and there were two more reasons:

  • points of a foot are finer subdivisions than 1000's of a decimetre
  • expressing in a measure rather than in simple numbers underlined that on my view logarithms are geometry and not arithmetic, and that therefore logarithms being irrational doesn't prove there are irrational numbers or irrational objects of arithmetic.


The practical object of getting sth which can be put on a slide rule made at home was not really met, as I could not calculate logarithms with sufficient precision or sufficiently many. Kudos to the 17th C. arstocrat who did the calculations! So, now I made it instead using normal expression, decimal expression of logarithmic values.

Hans Georg Lundahl
Nanterre UL
St. Sosthenes
28.XI.2019

Apud Corinthum natalis sancti Sosthenis, ex beati Pauli Apostoli discipulis; cujus mentionem facit idem Apostolus Corinthiis scribens. Ipse autem Sosthenes, ex principe Synagogae conversus ad Christum, fidei suae primordia, ante Gallionem Proconsulem acriter verberatus, praeclaro initio consecravit.

PS. Let's check that 1021 = (approx.) 344 and 1010 = (approx.) 321

344 = 984 770 902 183 611 232 881
1021 = 1 000 000 000 000 000 000 000


321 = 10 460 353 203
1010 = 10 000 000 000


Q. E. D./HGL

Monday, November 25, 2019

Expressing Logarithms in Points of Royal Feet


Assorted retorts from yahoo boards and elsewhere : Medieval Quadrivium and Logarithms (quora) · Φιλολoγικά/Philologica : Expressing Logarithms in Points of Royal Feet · Previous Work on Logarithms

As you may know, the English foot is 12 inches which are 144 lines. The French Royal Foot, which was exchanged for the metre system, is by contrast one more subdivision, namely 1728 points.

Here is a logarithmic table where 1000 points = 1.000000 in the normal logarithms, and if you correctly subdivide the foot (even an English one) you will get a functional slide rule./HGL

Origo 0.1
 
301 0.2  2 inches 1 line 1 point
477 0.3  3 inches 6 lines 9 points
602 0.4  4 inches 2 lines 2 points
699 0.5  4 inches 10 lines 3 points
778 0.6  5 inches 4 lines 10 points
791 φ  5 inches 5 lines 11 points
845 0.7  5 inches 10 lines 5 points
903 0.8  6 inches 3 lines 3 points
954 0.9  6 inches 7 lines 6 points
 
1000 1  6 inches 11 lines 4 points
 
1041 1.1  7 inches 2 lines 9 points
1079 1.2  7 inches 5 lines 11 points
1114 1.3  7 inches 8 lines 10 points
1146 1.4  7 inches 11 lines 6 points
1176 1.5  8 inches 2 lines
1204 1.6  8 inches 4 lines 4 points
1209 Φ  8 inches 4 lines 9 points
1230 1.7  8 inches 6 lines 6 points
1255 1.8  8 inches 8 lines 7 points
1279 1.9  8 inches 10 lines 7 points
1301 2  9 inches  5 points
1477 3  10 inches 3 lines 1 point
1497 π  10 inches 4 lines 9 points
1602 4  11 inches 1 line 6 points
1699 5  11 inches 9 lines 7 points
1778 6 1 foot  4 lines 2 points
1845 7 1 foot  11 lines 9 points
1903 8 1 foot 1 inch 2 lines 7 points
1954 9 1 foot 1 inch 5 lines 2 points
 
2000 10 1 foot 1 inch 10 lines 8 points
 
2041 11 1 foot 2 inches 2 lines 1 point
2079 12 1 foot 2 inches 5 lines 3 points
2114 13 1 foot 2 inches 8 lines 2 points
2146 14 1 foot 2 inches 10 lines 10 points
2176 15 1 foot 3 inches 1 line 4 points
2204 16 1 foot 3 inches 3 lines 8 points
2230 17 1 foot 3 inches 5 lines 10 points
2255 18 1 foot 3 inches 7 lines 11 points
2279 19 1 foot 3 inches 11 lines 11 points
2301 20 1 foot 3 inches 11 lines 9 points
2477 30 1 foot 5 inches 2 lines 5 points
2602 40 1 foot 6 inches 10 lines
2699 50 1 foot 6 inches 8 lines 11 points
2778 60 1 foot 7 inches 3 lines 6 points
2845 70 1 foot 7 inches 9 lines 1 point
2903 80 1 foot 8 inches 1 line, 11 points
2954 90 1 foot 8 inches 6 lines 2 points
 
3000 100 1 foot 8 inches 10 lines
 
3041 110 1 foot 9 inches 1 lines 5 points
3079 120 1 foot 9 inches 4 lines 7 points
3114 130 1 foot 9 inches 5 lines 10 points
3146 140 1 foot 9 inches 10 lines 2 points
3176 150 1 foot 9 inches 11 lines
3204 160 1 foot 10 inches 3 lines
3230 170 1 foot 10 inches 5 lines 2 points
3255 180 1 foot 10 inches 7 lines 3 points
3279 190 1 foot 10 inches 9 lines 3 points
3301 200 1 foot 10 inches 11 lines 1 point
3477 300 2 feet  1 line 9 points
3602 400 2 feet 1 inch  2 points
3699 500 2 feet 1 inch 8 lines 3 points
3778 600 2 feet 2 inches 2 lines 10 points
3845 700 2 feet 2 inches 8 lines 5 points
3903 800 2 feet 3 inches 1 line 3 points
3954 900 2 feet 3 inches 5 lines 6 points
 
4000 1000 2 feet 3 inches 9 lines 3 points

Friday, November 15, 2019

Les Prédécesseurs catholiques de Henry Morris (jusqu'à 1920)


Φιλολoγικά/Philologica : Les Prédécesseurs catholiques de Henry Morris (jusqu'à 1920) · New blog on the kid : Henry M. Morris revendiqué sur le plan des arguments aussi

J'aurais pu ajouter dans la parenthèse que c'est dans les pays qui seront les épiscopats du groupe de Rhin, surtout, et non pas du Coetus Internationalis.

La p. (ou colonne?) 2341 et l'article Hexaméron, dans Dictionnaire de Théologie Catholique, VI-II, Ghezzi - Hizler, 1920 (un des éditeurs, Mangenot, était aussi l'auteur de l'article).

Il commence, avant une bibliographie que je mettrai en format plus perspicace, avec le paragraphe:

D'autres ont prétendu que les couches géologiques avec les plantes et les animaux fossiles étaient l'œuvre du Déluge de Noé, et que la création mosaïque les avait précédées.


Et voici la bibliographie qu'il donne pour les littéralistes catholiques:

C. F. Keil
Biblischer Commentar über die Bücher Mose's
Leipzig, 1866


P. Laurent
Études géologiques, philosophiques et scripturales sur la cosmogonie de Moïse
Paris, 1863


A. Saignet
La cosmologie de la Bible
Paris, 1854


J. E. Veith
Die Anfänge der Menschenwelt
Vienne, 1865


A. Bosizio
Das Hexaemeron und die Geologie
Mayence, 1864
Die Geologie und die Sündfluth
Mayence, 1877


V. M. Gatti
Institutiones apologeticae-polemicae
1867


A. Trissl
Sündfluth oder Gletscher ; Das Biblische Sechstagewerk
2e édit.
Munich, Ratisbonne, 1894


G. J. Burg
Biblische Chronologie
Trèves, 1894


Après cette bibliographie, il continue:

Rien dans la Genèse n'autorise cette hypothèse, qui n'est pas admise non plus par les géologues. Les couches sédimentaires ont exigé des longues années pour se former, et elles n'ont pu être produites pendant le déluge qui n'a pas duré qu'une année, et toutes d'ailleurs ne sont pas déposées sous l'action d'eau. Ce système n'aboutit donc pas à ses fins, et il ne concilie pas la Bible et la géologie. Aussi a-t-il été abandonné.


Ainsi E. Mangenot, qui a signé l'article, en 1920, 26 ans seulement après le dernier livre qui le défend à sa propre connaissance. Il me semble qu'il va un peu vite. Et quand à rien dans la Genèse, il fait une bourde classique, limiter la discussion à la seule Genèse, sans de tenir compte des autres hagiographes inspirés. Psaume 73:13 (numérotation catholique des psaumes) va très bien avec les fossiles, car d'un côté, pas mal de dinosaures sont trouvés sans leur tête, et d'autre, les sédiments sont des mers qui se sont solidifiées - ou plutôt la mer unique qui entourait le globe entier pendant le déluge.

Mais regardons un peu aussi les villes de sa bibliographie ... pas seulement celle donnée, mais aussi celle pour les restitutionnistes (qui considèrent une création antérieure détruite avant Genèse 1:2) et pour les périodistes (qui considèrent chaque jour avant la création d'Adam et Ève comme une longue période) et pour les exégètes qu'il a consulté sur le sens du texte tel quel (sans considération pour sa conciliation ou non avec "la science").

Ulm, Lemgo, Édinbourgh, Paris, Londres, Petit-Montrouge, Brunswick, Leipzig, Vienne, Mayence, Munich, Ratisbonne, Trèves, Quedlinbourg, Louvain, Kœnigsberg, Fribourg-en-Brisgau, Francfort-sur-le-Mein, Lyon, Rouen, Rodez, Clermont-Ferrant, Gand, Bruxelles, Madrid (2 fois), Munster, New York (1 fois), Florence (1 fois), Rome (1 fois), Sienne (1 fois), Valladolid (1 fois), Brixen, Barcelone (1 fois), Steyl, Alexandrie (1 fois), Paderborn, Bonn, Linz, Fribourg (Suisse), Genève, Graz, Cologne, Stuttgart, Berlin, Profnitz.

Donc une prépondérance très nette pour le futur groupe évoqué par Wiltgen : Allemagne / Autriche, Benelux, France, Suisse, avec quelques excursions en Îles Britanniques (alors un seul Royaume Uni, et il passe à côté de Dublin et de Belfast), une seule aux États-Unis, et le monde italo-espagnol ou latin n'a que droit à 8 fois, pourvu que l'Alexandrie soit celle de l'Italie,.

  • Il convient de noter que le restitutionnisme (Gap Theory en anglais) est évoqué depuis Ulm 1838, et défendu par un N. Wiseman qui devrait être Nicholas Patrick Stephen Cardinal Wiseman. Il est rejeté parce que la limite entre Tertiaire et Quaternaire n'est pas marquée par des traces d'un cataclysme.
  • L'autre théorie qu'il évoque, Day Age Theory en anglais ou périodisme en français, il rejette également, sur des critères exégétiques : yôm n'est nulle part utilisé comme désignant directement "longue période", même si parfois il pourrait indirectement l'évoquer, c'est impossible de conjuguer ça avec soir et matin, le manque de soir et matin pour le septième jour n'y change rien et ne veut pas non plus dire que le septième jour soit encore en route. Merci, comme créationniste jeune terre, je suis pleinement d'accord. Parmi les tenants sont le Père Fulcran Vigoroux.
  • Sa propre pensée, les six jours comme figure littéraire, certes inspiré, mais choisissant cette figure de son propre gré, en anglais on parle de Framework Theory, n'a pas de publications en grand nombre en sa faveur évoquées par Mancenot, donc il n'y en avait probablement pas avant ce volume de DThC en 1920.


Mais le défi que j'ai voulu relever est celui de monter qu'avant 1920 il y avait des tenants de la même théorie que Henry Morris (Flood Geology, Six-Day Recent Creationism), que sa position n'est donc pas protestante par son essence, et en plus, il peut y avoir eu d'autres après 1920 ou encore dans les pays que Mancent cite que très peux (notamment les pays latins).

Je pense avoir montré ceci, en même temps qu'il me semble évident que l'antilittéralisme français pourrait devoir quelque chose au fait que l'article de Mancenot se trouvait dans une œuvre de référence.

Hans Georg Lundahl
Serris
St. Albert le Grand
15.XI.2019

Coloniae Agrippinae sancti Alberti Episcopi et Confessoris, ex Ordine Praedicatorum, cognomento Magni, sanctitate et doctrina celebris, quem Pius Papa Undecimus Doctorem universalis Ecclesiae declaravit, et Pius Duodecimus cultorum scientiarum naturalium caelestem apud Deum Patronum constituit.

PS, corrected Mancenot to Mangenot in above./HGL (Corrigé le nom de l'auteur cité pour la bibliographie, E. Mangenot./HGL)

Tuesday, November 12, 2019

Derrière Robespierre - Rousseau ou Beccaria?


Hervé Leuwers, en Historia n° 874 / Oct. 2019, p. 48 nous renseigne que le 31 mai 1791 votent contre la peine de mort, sans de réussir de l'abolir, ces trois, Robespierre en orateur, et encore Pétion et Le Peletier, et que ces mêmes trois (peut-être encore d'autres ayant voté l'abolition de la peine de mort) en janvier 1793 votent la mort du roi.

Or, j'ai une piste dans le livre bilingue Dix auteurs classiques italiens / Dieci autori italiani classici, en bas de la double page 98 et 99 et en haut de la suivante double page. Cesare Beccaria avait en 1764 publié Dei delitti e delle pene, voici le troisième paragraphe et début du quatrième du § 28 La pena di morte.

La morte di un cittadino non può credersi necessaria che per due motivi. Il primo, quando anche privo di libertà egli abbia ancora tali relazioni e tal potenza che interessi la sicurezza della nazione, quando la sua esistenza possa produrre une rivoluzione pericolosa nella forma di governo stabilita.

La morte di qualche cittadino divien dunque necessaria quando la nazione ricupera o perde ka sua libertà, o nel tempo dell'anarchia, quando i desordini stessi tengon luogo di leggi ...

La mort d'un citoyen ne peut être considérée comme nécessaire que pour deux raisons. La première, quand, bien que privé de liberté, il garderait des relations et un pouvoir tels qu'ils menaceraient la sécurité de la nation ; et quand son existence pourrait être à l'origine d'une révolution dangereuse pour la forme du gouvernement en place.

La mort de certains citoyens devient donc nécessaire quand la nation retrouve ou perd la liberté, ou dans des périodes d'anarchie, quand les désordres mêmes tiennent lieu de lois ...


Traduction par Isabelle Lavergne (comme pour les autres neuf extraits). Collection Langues pour tous, 2007.

Et il fait cas d'un "contrat social" en 1764, deux ans seulement après Du contrat social par Jean-Jacques Rousseau.

Dans la continuation du paragraphe 4 du § 28, Beccaria fait cas "ma durante il tranquillo regno delle leggi" / "mais sous le règne paisible des lois".

1791 on était encore sous le règne paisible des lois. 1793 on était dans un état d'anarchie ... et la personne du roi et pouvait garder du pouvoir même en prison, et pouvait inspirer des révolution contre La Révolution.

Il me semble que Robespierre et consortes aient agi en des bons disciples de Beccaria.

Celui-ci, par contre, quand il plaide pour l'esclavage à vie, au lieu de la peine de mort, pour que les citoyens soient beaucoup traumatisés pour peu de crimes, il me semble avoir moins de bonhomie que St. Thomas d'Aquin en plaidant pour la peine de mort, comme un instrument licite et parfois dû de la justice.

Hans Georg Lundahl
Bure sur Yvette
Pape St. Martin I
12.XI.2019

Tuesday, October 22, 2019

Invasions barbares ou Grandes migrations?


Pour la période où Odoacre dépose Romulus Augustule, il semble que Franck Delétraz préfère "invasions barbares". Notamment, il préfère "barbares" à "migrants".

Il y aurait deux raisons pour lesquels ceci vaudrait.

  • "parce qu'ils ne parlaient ni le latin, ni le grec" comme il affirme p. 16 Présent Hors-Série Septembre-Octobre 2019;
  • parce qu'ils avaient des mœurs sauvages.


Quand ils arrivent à invahir divers portions plus ou moins grandes de l'Empire, très certainement ils maîtrisent déjà le latin, ou parfois peut-être même le grec. Quand St. Séverin du Norique fait des pourparlers avec des rois germaniques, je considère très probable qu'il les fit en latin - Norique était une région latine jusque dans son temps. Et St. Sévérin venait de l'Orient, pas du Nord, ce qui limite ses opportunités d'avoir étudié les langues germaniques. Flaccitheus et Feletheus, rois des Rugiens, ont donc dû parler le latin. La Vita par Eugippius semble écarter la question quelle était la langue commune, comme l'Énéide ne dit pas non plus qu'elle l'aurait été entre Latinos et Énée (un Romanides, prétendant que les Grecs seraient les vrais héritiers des Romains, dit que c'était le Grec, mais l'épopée n'en nous enseigne pas).

Si on affirme que leur langue maternelle n'était pas le latin, correct, mais ça serait aussi le cas pour certes Gallo-Romains dont la langue maternelle était à certaines époques le Celte.

De l'autre côté, la Vita Severini*, chapitre IIII, parle de "barbares".

Quand Clovis s'empare de la future France, non seulement il avait été un auxiliarius, mais son père avant lui. C'est pourquoi je laisse son ancêtre Faramond parler latin et franconien en mon Dialogus Temporibus Romanis.

En Angleterre, par contre, oui, là on a eu affaire de barbares qui n'ont pas parlé le latin ... mais en certains cas ils ont parlé le britannique (ancêtre du gallois et du cornouiallais) ou sinon eu des interprêtes qui le faisaient. Et en Angleterre, le britannique était, hormis liturgie chrétienne (plus ou moins absente pour quelque temps, sauf chez les Celtes), plus pertinante que le latin.

Dans les pays invahis par les Goths, Ostro- ou Visi-, ceux-ci ont dû parler pas mal souvent le latin, peut-être le grec. La Roumanie actuelle pourrait être une exception, mais en Italie et en Espagne ils ont pu suivre la langue, tout comme en Italie aussi les Lombards. Quand Boèce est jugé coupable, bien qu'innocent, par le roi Thierry le Grand, celui parle très certainement le latin.

Et quand aux mœurs sauvages, ce sont des barbares comme reine sainte Bathilde qui abolissent l'esclavage ou qui refusent la peine d'aveuglement, les deux restants courants dans "l'Empire zone libre" à Constantinople.

En fait, quand les gens de Constantinople se plaignent de l'élection de Charlemagne, lui étant un barbare, lui et d'autres en Occident avaient qualifié le comportement de l'Empereur** Sainte Irène de barbare quand elle avait aveuglé son propre fils.

En Allemagne et en Suède on parle de Völkerwanderung, Volkvandringstid, ce que veut dire "migration de peuples". Chaque peuplade conquerante (ou à peu près, sauf en Angleterre) faisait le cycle immigrants, auxiliaires, conquerants. Ils n'envissaient pas avant d'être plus ou moins romanisés.

Hans Georg Lundahl
Bibl. Audoux
Sainte Marie Salomé***
22.X.2019

* La Vita Severini m'a été un peu difficile en latin sans les commentaires en allemand, quand j'étais dans mes vingtaines, je viens donc de donner un lien en traduction allemande.

** Chez eux, une Impératrice ne pouvait être que la première dame d'un Empereur, mais une "Impératrice," comme nous dirions, "regnante," c'est "une Empereur".

*** Hierosolymis sanctae Mariae Salome, matris sanctorum Jacobi et Joannis Apostolorum, quae in Evangelio legitur circa Domini sepulturam sollicita.

Saturday, October 19, 2019

One Good Thing about Harry Potter : Honest about School


Φιλολoγικά/Philologica : Were the Inklings a Forbidden Society? No. · HGL'S F.B. WRITINGS : Craig Crawford's view on Harry Potter (feat. réprise of his view on Tolkien and CSL, feat. Dan Brown) · CSL Not Arian · Assorted retorts from yahoo boards and elsewhere : Commenting on Schnoebelen's at al:s comments on HP · Brian Holdsworth's take on HP · Φιλολoγικά/Philologica : One Good Thing about Harry Potter : Honest about School

Some Christians or people who think they are so consider it their duty to side with educators.

Some of them have tended to forget how C. S. Lewis saw school and so doesn't really bother bringing it up against him.

And for some, this could be the reason they hate Harry Potter.

I think there is truth in fiction at times, and here is an item:

In a 1999 interview, Rowling stated that Draco is based on several prototypical schoolyard bullies she encountered[9] and Snape on a sadistic teacher of hers who abused his power.


I had less Snape and more Draco in my school life. I still very much prefer the homeschooling episodes with ma, short but dear to me.

https://en.wikipedia.org/wiki/Harry_Potter_(character)

Harry Potter has inspired comments like these:

Why HARRY POTTER’s Wizarding World and Hogwarts Are Actually Horrible Places
by Rosie Knight • Jun 23 2017 • 9:00 AM
https://nerdist.com/article/why-harry-potters-wizarding-world-and-hogwarts-are-actually-horrible-places/


25 Things That Are Wrong With Harry Potter (That We All Choose To Ignore)
by Zooey Norman – on Mar 10, 2018 in Lists
https://www.thegamer.com/things-that-are-wrong-with-harry-potter-that-we-all-choose-to-ignore/


20 Things Wrong With Harry Potter We All Choose To Ignore
by Jordan Phillips – on Jan 21, 2019 in Lists
https://screenrant.com/harry-potter-biggest-problems-things-wrong/


OK, the last of these is a bit exessively* pro-school ("he's a terrible student") as I suppose another Jordan P might be, he also is wrong about contact lenses being safer in battle, I think, but Rosie and Zooey are so right (say I even without reading the books first) and I wonder how much they will discover about mundane school systems once they allow these thoughts to look a bit aside the fiction into Real Life counterparts of certain items.

As for those who think children shouldn't study magic, I quite agree. But this doesn't just rule out Hogwart : a professor arguing for contraception, abortion, psychiatry, futurology, evolution, astrophysics is in some way teaching potion lore and divination. And unlike Hogwarts spells, a potion lore and divination that is actually in use these days.

Hans Georg Lundahl
Torcy
Day after St. Luke
19.X.2019

* I was excessively tired after rising too early this morning ...

Thursday, September 26, 2019

Pascal et Mozart jeunes


Un propos à propos l'âge nubile et le Moyen Âge · Pascal et Mozart jeunes · Avortement et Hausse de l'âge nubile - les deux sous Chirac

GeoAdo, oct. 2019, dans l'enquête "Les ados changent-il le monde?" Laurence Muguet ou Nicolas Martelle ou les deux ont écrit, page 24:

[Quand les adultes, parfois, baissent les bras avant même d'avoir cherché ...] Rimbaud, Mozart, Pascal, Picasso : beaucoup d'artistes et de penseurs ont commencé avant 18 ans. Mes règles imposées par les parents et la société ? Ils s'en moquaient ! Ils ont préféré inventer les leurs.


Picasso et Rimbaud m'intéressent moins. Par contre, Mozart et Pascal étaient de l'Ancien Régime.

Or, ils n'ont pas inventé leurs règles, comme on peut voir à propos Pascal ici:

Son père, Étienne Pascal (1588-165113), très intéressé par les mathématiques et les sciences15, était conseiller du roi pour l'élection de Basse-Auvergne, puis second président à la Cour des aides de Montferrand. Devenu veuf, il décide d'éduquer seul ses enfants. Blaise Pascal avait deux sœurs, Jacqueline, née en 1625, et Gilberte (née en 1620, mariée en 1642 à Florin Périer (de), conseiller à la cour des aides de Clermont) qui lui survécut16.

En 1631, Étienne se rend avec ses enfants à Paris, alors que Blaise n'a encore que 8 ans. Il décide d’éduquer lui-même son fils, qui montre des dispositions mentales et intellectuelles extraordinaires. En effet très tôt, Blaise a une capacité immédiate pour les mathématiques et la science, peut-être inspirée par les conversations fréquentes de son père avec les principaux savants de l’époque : Roberval, Marin Mersenne, Girard Desargues, Claude Mydorge, Pierre Gassendi et Descartes17. Malgré sa jeunesse, Blaise participe activement aux séances à l'occasion desquelles les membres de l’académie Mersenne soumettent leurs travaux à l'examen de leurs pairs16.

À onze ans, il compose un court Traité des sons des corps vibrants et aurait démontré la 32e proposition du Ier livre d’Euclide (concernant la somme des angles d'un triangle)18. Étienne réagit en interdisant à son fils toute poursuite de ses études en mathématiques jusqu’à quinze ans, afin qu’il puisse étudier le latin et le grec.


https://fr.wikipedia.org/wiki/Blaise_Pascal

Donc, un génie de maths, invité chez les interloques de son père avec des savants, et seule interdiction parentale est de poursuivre les maths (au-delà de la 32e proposition du Ier livre d’Euclide, bien entendu) avant quinze (ce qu'il brave en secret, on ne supprime pas un talent comme ça, même momentanément), et ceci pour qu'il puisse être ce que paraîtrait de nos jours également précoce en latin et grec.

Non, l'éducation de l'Ancien Régime n'était pas oppressive de la précocité. Et donc, pas vraiment abusivement oppressive tout court.

Et notons, Pascal était scolarisé à maison, par son père.

Ce qui était aussi le cas du jeune Mozart (ce quelqu'un évoquerait le lycée de Piaristes, ça concerne son fils, pas lui-même, et le fils n'a pas composé à la hauteur de son père). Il a certes écrit son premier menuet très jeune, mais il a aussi sur les directives de son père lu Riepl très jeune. Entre Riepl et Koch, très peu est réarrangé dans la théorie musicale, et ce peu, ça vient de Mozart. Mais, d'un Mozart qui était foncièrement fidèle à Riepl. Et donc à son père qui l'avait scolarisé avec. En revanche, son orthographe allemande était pour sa vie un peu approximative, selon les évaluations que j'ai entendues, parce que le père n'avait pas choisi d'être rhéteur ou de scolariser pour les discours.

Si Pascal et Mozart étaient précoces, ce n'était pas à cause d'un esprit rebelle, mais à cause d'une scolarité à maison très réussie.

Hans Georg Lundahl
Cergy
Sts Cyprien est Justine
23.IX.2019

Nicomediae natalis sanctorum Martyrum Cypriani, et Justinae Virginis. Haec, sub Diocletiano Imperatore et Eutolmio Praeside, cum multa pro Christo pertulisset, ipsum quoque Cyprianum, qui erat magus et suis magicis artibus eam dementare conabatur, ad Christianam fidem convertit; cum quo postea martyrium sumpsit. Eorum corpora, feris objecta, rapuerunt noctu quidam nautae Christiani, et Romam detulerunt; quae, postmodum in Basilicam Constantinianam translata, prope Baptisterium condita sunt.

Saturday, September 21, 2019

Arma virumque cano in ASCII




"In case you were wondering, this is what the first four lines of the Aeneid look like in ASCII Binary."

Credits to Anthony Gibbins.

Friday, September 20, 2019

Did Livy independently confirm Bellum Gallicum?


HGL'S F.B. WRITINGS: [rejecting Christianity implies ignorance, pro et contra] · Φιλολoγικά/Philologica: Did Livy independently confirm Bellum Gallicum?

Nearly a month ago, I was finishing a debate with John Médaille.

Here is how it ended:

Hans-Georg Lundahl
"the Romans actually occupied Gaul from, oh, say a thousand different sources,"

You don't have a thousand, a hundred, or even twenty (I was nearly saying ten) sources from back then.

You have Julius Caesar, you also have Velleius Paterculus writing in the time of Tiberius (who was careful about the memory of Caesar).

If you know more sources, tell me, but I am a Latinist and know probably more than you about Classic Antiquities, "thousand sources" isn't bluffing me.

One could equally say there were thousand sources for the Church existing, while they were fewer.

A community usually recalls how it comes about.

I also know no historian who doubts Vercingetorix died in Rome after being tied behind the triumph of Caesar.

John Médaille
Exactly. Because we have many sources.

Hans-Georg Lundahl
We have Caesar and later people depending on his account.

And they are definitely not "many".

I have a trouble calling you an "ignoramus". In Latin, that is a first person plural verb, and I find it ignorant to use it as a noun.

But you just showed ignorance of Antiquities.

John Médaille
Ah, the ad hominem argument: the admission of failure.

Hans-Georg Lundahl
No, it is not ad hominem, it is highly relevant to the argument.

You IMAGINE historians who admit Caesar beat Vercongetorix have LOTS of sources, FROM THAT TIME.

Someone who KNOWS doesn't.

John Médaille
Okay, Hans.

Hans-Georg Lundahl
So you admit that:

  • history is known from tradition
  • independent contemporary multiple evidence is good but not needed?


He didn't as far as the FB notifications allowed me to see, ever answer whether he admitted that. That means, he could have said "Okay, Hans" as a way of humouring me.

Now, if he hadn't, if he had answered, he might have answered off the hip asking "didn't Livy deal with Roman History up to his own day?"

He wasn't that careless. Good for him in a way.

Here is why that would be careless. Yes, Livy did so, but this does not mean we have Livy as a source.

And here is why we haven't Livy as a source: Gallic Wars begins in Livy's book 103. They end in his book 108. I am not sure, but I think the triumph in Rome with Vercingetorix killed after triumph was even after Civil War. And Civil War ends in Livy's book 116.

So, we do not have these books? No.

Books 46 (coming after an almost complete 45 dealing with Third Macedonian War, capture of Perseus, Sixth Syrian War, triumph of Aemilius Paullus) to 142 are almost all of them lost. Obviously 103 to 116 come between these. 91 of which we have a fragment is about Sertorian War. The one's not simply lost in our relevant span are 111 and 112 being quoted.

Obviously, if they are lost, how do we know what they were about?

Well, here is how:

Livy was abridged, in antiquity, to an epitome, which survives for Book 1, but was itself abridged in the fourth century into the so-called Periochae, which is simply a list of contents. The Periochae survive for the entire work, except for books 136 and 137.[7] In Oxyrhynchus, a similar summary of books 37–40 and 48–55 was found on a roll of papyrus that is now in the British Museum classified as P.Oxy.IV 0668.[8] There is another fragment, named P.Oxy.XI 1379, which represents a passage from the first book (I, 6) and that shows a high level of correctness.[9] However the Oxyrhynchus Epitome is damaged and incomplete.


Notes 7 to 9 give the references (which I'm too lazy to check):

7
"Livy: the Periochae". www.livius.org. Retrieved August 5, 2014

8
"T. LIVI PERIOCHARUM FRAGMENTA OXYRHYNCHI REPERTA". www.attalus.org. Retrieved August 5, 2014.

9
The Oxyrhynchus Papyri, part XI, London, 1915, pagg. 188-89.


This means, for the books in questions we have now resumés as short as "108 Gallic Wars, Battle of Alesia, victory of Gaius Cassius Longinus against the Parthians."

At this point, John Médaille might say "ah, but historians do doubt Alesia, for instance, the place has never been unequivocally identified". Yes, but the historians who do raise serious doubts on Battle of Alesia for this reason are not mainstream. They may have had a vogue in the seventies, back about when he was at university. Overall, they are not very mainstream.

In other words, John Médaille was pretending to use on Gospels a kind of methodology which if applied to Gallic Wars would lead to doubting at least Alesia. In fact, if you read the whole debate, to doubting even the series of events on the whole, from expansionism of Helvetian Orgetorix to Alesia.

So, John Médaille was careful in not replying, unless, I said, he did and I missed the update.

Was Livy at least independent of Caesar's Bellum Gallicum? No, not very. Alesia siege occurred in September, 52 BC. 2071 years ago, to the month, unless some parts of inbetween chronology got garbled. Livy was born in 64 or 59 BC, in what is now Padua. So, he was 7 or 12 years old when it occurred. This clearly means, he was staying at home in Padua. This means he had to rely on others for information. And on whom?

He was on familiar terms with members of the Julio-Claudian dynasty and even in friendship with Augustus,[1] whose young grandnephew, the future emperor Claudius, he exhorted to take up the writing of history.[2]


Notes 1 and 2:

1
Tacitus. Annales. IV.34.

2
Suetonius. Claudius. The Twelve Caesars. 41.1.


And note, it would seem to me that Tacitus and Suetonius are the earliest authors after Livy who mention him, though I haven't so far checked if he occurs in Velleius Paterculus, who wrote in AD 30. Up to and in. But if Livy was in disfavour with Tiberius, I think it less probable that Velleius Paterculus, who was very obsequious to Tiberius, was mentioning him. He was in disfavour with Tiberius? See this discussion about his life dates:

Livy was likely born between 64 and 59 B.C. and died sometime between A.D. 12 to 17. He started his work sometime between 31 B.C. and 25 B.C. St. Jerome says that Livy was born the same year as Marcus Valerius Messala Corvinus and died the same year as Ovid.[21] Messala, however, was born earlier, in 64 BC, and Ovid's death, usually taken to be the same year as Livy's, is more uncertain. As an alternative view, Ronald Syme argues for 64 BC – 12 AD as a range for Livy, setting the death of Ovid at 12.[22] A death date of 12, however, removes Livy from Augustus' best years and makes him depart for Padua without the good reason of the second emperor, Tiberius, being not as tolerant of his republicanism. The contradiction remains.


21
St. Jerome (Hieronymus): Chronological Tables – for Olympiads 170 to 203 [= 100 BC – 36 AD]". Attalus. 29 February 2016. Retrieved 14 August 2009.

22
Livy (1994). Kraus, Christina Shuttleworth (ed.). Ab vrbe condita. Book VI. Cambridge: Cambridge University Press. p. 1. ISBN 0-521-41002-9.


So, we know about Livy himself from mainly Tacitus and Suetonius who were both born after he had died. AD 56 and 69, that is. Seneca and Pliny also mention him, but very briefly. And we know about the content of Livy's work except when books are preserved (as often up to 45) from Periochae which were written in the fourth Century. And one of the things we do know, if we accept this as adequate source material, which historians do, is, he was depending on same set of people, roughly, as Caesar had belonged to. The Julio-Claudian dynasty may have differed from "Julius himself" (but Julius isn't a first name!) in politics, but they certainly agreed with honouring his military exploits, like the Gallic War. They even prayed to him as a god.

Does this remind you of a case where sources have been deemed too little independent, or too late after facts or both? Anoth JC? Someone whom Constantine called Emperor of Heaven? I think it remind me of Him.

Hans Georg Lundahl
Cergy
Vigil of St. Matthew
20.IX.2019

PS, link to wiki is given here to the main article I used, other articles can be reached from it:

https://en.wikipedia.org/wiki/Ab_Urbe_Condita_Libri

PPS, wikipedia may not be a creditable source, but on Classic Antiquities, it seems to beat John Médaille./HGL

Thursday, September 19, 2019

Humanists UK vs History, I'd Say


https://humanism.org.uk/humanism/

Throughout recorded history there have been non-religious people who have believed that this life is the only life we have, that the universe is a natural phenomenon with no supernatural side, and that we can live ethical and fulfilling lives on the basis of reason and humanity. They have trusted to the scientific method, evidence, and reason to discover truths about the universe and have placed human welfare and happiness at the centre of their ethical decision making.


Epicure was 341–270 BC (thanks, wiki), Lucrece was c. 15 October 99 BC – c. 55 BC (thank you wiki, but note that Lucrece also abbreviates Lucretius, not just Lucretia). Pietro Aretino was 19 or 20 April 1492 – 21 October 1556 (thank you wikipedians!). Oh, if you want to reference a cruel man like Frederick the Stauffer, 26 December 1194 – 13 December 1250 (thank you wiki).

270 - 99 = 171 years.
1194 + 55 = 1249 years.
1492 - 1250 = 242 years.

I am not sure this gets going very much before Hume, so add another ... (1711–1776 - thank you wiki - 1711 - 1556, 11 + 100 + 44 = 155.

171 + 1249 + 242 + 155 years, then. According to this, so much, plus basically all before Epicure is not "recorded history". 1817 years.

Democritus as precursor of Epicure? Sorry, he did believe materialism, of a sort (not quite identic to modern one), but he did not ... sorry, yes he did*, seemingly, so, if he also sought ethics without religion, he would be included. His life time is added to "recorded history" and the one not so qualified - according to the writer or wikipedians on Humanism org - is extended to ...

370 - 341 = 29

... 1846 years plus somewhat shorter everything before Democritus. Or, on their view, infinity before 341 BC minus 119 years to make infinity before 460 BC is still infinity, so, according to their weird maths, formalised by Cantor, it was not even somewhat shorter.

Going back to Nimrod? Well, could work in a sense ... for a Christian or for a Jew or a Muslim. But if Humanist org starts accepting Nimrod from Genesis, how about accepting Jesus from Gospels as historical? Not quite their cup of tea, since they shy away from the ensuing Lewis Trilemma.

Actually, their "throughout recorded history" is a bit parallel to a Ruckmanite's claim of Christians opposing Catholicism in somewhat resembling Baptism for all centuries since Christ.

In either case, not very historical.

Oh, one detail. Some right wing people (whom I otherwise have a lot in common with, as in being right wing Christians) would actually disparage this article for relying so much on wikipedia. I hope that's not your view .... if it has a bias, it's on your side. And yes, there may come a day when wikipedia rules I have to put in yet another intermediate between some of the previous, I saw one Leucippus mentioned who would do, so the years of your not "recorded history" could be reduced somewhat - but probably not very much.

Oh, wait ... were you saying China? Confucius? The man in whose name "social credit scores" are introduced over cell phones leading to disasters? Yes, humanism has a longer history there than over here. And a less glorious one.

And, back to Hume, isn't your argument against the supernatural one from recorded history? Well how about knowing it before arguing from it?

Hans Georg Lundahl
Cergy
Sts. Peleus, Nilus and Elias
Egyptian bishops martyred in Palestine**
19.IX.2019

* Need I say "thank you wikipedians"?

** In Palaestina sanctorum Martyrum et Aegypti Episcoporum Pelei, Nili et Eliae; qui, tempore persecutionis Diocletiani, cum plurimis Clericis, pro Christo sunt igne consumpti.

Wednesday, September 11, 2019

Instututio Arithmetica et son traducteur


Je vais prendre au parallèle (latin / traduction) deux passages de Boèce. 1, 1, 6 et 1, 32, 1. Dans chaque cas, je vais noter une faute de traduction, qui tient à un défaut de connaissance de l'histoire des idées et en tirer l'occasion de parler de cette histoire des idées. Mais aussi des choses qui sont correctement traduites par Jean-Yves Guillaumin (JYG dans le suivant).

Illud quoque addendum arbitror, quod cuncta uis multitudinis ab uno progressa termino ad infinita progressionis augmenta concrescit; magnitudo uero a finita inchoans quantitate modum in diuisione non recipit; infinitissimas enim sui corporis suscepit sectiones. Il faut ajouter, je pense, que toute multiplicité a pour caractéristique une croissance qui progresse et augmente à l'infini à partir d'un terme unique; la grandeur, quant à elle, à partir d'une quantité définie n'a pas de limite dans sa division; elle admet des divisions de son corps à l'infini.
 
Hanc igitur naturae infinitatem indeterminatamque potentiam philosophia sponte repudiat. Cette nature infinie, cette potentialité indéterminée, la philosophie la rejette spontanément.
 
Nihil enim quod infinitum est uel scientia potest colligi uel mente comprehendi, sed hinc sumpsit sibi ipsa ratio, in quibus potest indagatricem ueritatis exercere sollertiam. Car rien de ce qui est infini peut être embrassé par la science, ni saisi par l'esprit, mais la raison en tire pour elle-même des objets sur lesquelles elle puisse exercer son habilité à chercher la vérité.
 
Delegit enim de infinitae multitudinis pluralitate finitae terminum quantitatis et, indeterminabilis magnitudinis sectione reiecta, definita sibi ad cognitionem spatia depoposcit. De le pluralité infinie de la multiplicité, elle sépare la quotité finie, et, rejetant la division sans fin de la grandeur, elle revendique comme objets de connaissance des grandeurs finies.


En traduisant "ab uno ... termino" comme "à partir d'un terme unique" JYG a donc pris "uno" comme adjectif qualifiant "ex ... termino".

Je pense qu'il faut plutôt prendre "ex uno ..." comme la phrase de base et "termino" comme apposition la qualifiant. Donc, "à partir, comme terme duquel, d'un seul". Ou, "à partir d'un seul, comme terme". Le français va sembler moins fluide pour le lecteur moderne sans familiarité avec le Moyen Âge, mais il va être confronté à la pensée du Moyen Âge (et ici aussi de l'Antiquité tardive).

Les nombres, qu'on nomme de nos jours "nombres entiers" ou "nombres naturels", ça commence avec 1. Quant à 0, ce n'est pas un nombre. "Nombre relatif" d'accord, mais alors c'est "+-0" et le bon terme pour ceci serait "relation numérique" ou "relation entre nombres". Mais nombre en tant que combien (ce qu'on discute ici), non, le premier en est 1.

On voit bien que la mathématique n'est pas une seule entité, mais deux disciplines différentes, l'arithmétique concernée avec nombres et la géométrie concernée avec grandeurs. En d'autres endroits, on va aussi repérer que la musique et l'astronomie font partie de ces disciplines, musique comme "nombres en motion" et astronomie comme "grandeurs en motion".

Ni l'arithmétique ni la géométrie se concerne avec un infini actuel. À chaque pas, le nombre en procession d'un seul reste un nombre fini, la procession est juste infinie en puissance, en tant que chaque nombre très haut pourrait être moindre qu'un autre nombre encore plus haut : ce qui ne garantit pas que celui-ci existe. Et les grandeurs diminuent par des sections, mais aucune section est garantie d'avoir lieu, que ce soit conceptuelle par le mathématicien ou physique par le couteau, donc, à chaque pas, les parties d'un corps sont en nombre finie et en taille finie et positive. Pour Boèce ici, ça pourrait être une convention du scientifique : pour St. Thomas plus tard, c'est la nature même du nombre et des grandeurs.

Notons à ce propos, il y a 180 manuscrits de l'œuvre de Boèce, et 29 en se trouvent à Paris, dans des Bibliothèques diverses. Quand on sait que St. Thomas enseignait à Paris, et que donc il y avait une Université avant qu'il commence, et aussi qu'il cite Boèce, on peut conclure que Boèce était le texte d'enseignement de l'arithmétique à l'Université de Paris.

Ceci a une certaine importance en discutant les preuves Thomasiennes de l'existence de Dieu, parce que St. Thomas dit que les causes conduisant à un certain effet en se conduisant les unes les autres doivent être au nombre fini. Une cause (motrice, en général, de l'existence même) doit être la première. Et 1, c'est le nombre qui est premier avant les nombres dits premiers, ce n'est pas simplement un nombre n'importe quel entre 0 et 2 ou entre - 1 et 3.

Pour St. Thomas ceci est important et citable en discutant en quoi Dieu est "infini" et en précisant que l'infinité de Dieu, étant une infinité actuelle, ne peut pas être une infinité mathématique, de nombre ou grandeur, car celle-ci est toujours une infinité potentielle, jamais réalisée.

J'ai cette idée, le Moyen Âge ici avait raison, les Modernes ont tort.

Ajoutons ici partie d'une note par JYG, de la note 23:

L'idée selon laquelle l'infini est inconnaissable est commune à toute l'antiquité. [...] Cette idée sera reprise plus loin par Boèce (début de 1, 32). Cf. aussi Boèce, In Categ., 1, PL 64, col. 160 B: sed infinitorum nulla cognitio est, infinita animo comprehendi nequeunt*.

J'ai omis les citation non boéciennes, à commencer par Platon. Cette note me conduit au passage suivant:

Restat autem nobis profundissimam quamdam tradere disciplinam, quae ad omnem naturae uim rerumque integritatem maxima ratione pertineat. Il nous reste à transmettre un enseignement d'une grande profondeur, qui concerne au plus haut degré la nature tout entière et la totalité des choses.
 
Magnus quippe in hac scientia fructus est si quis non nesciat quod bonitas definita et sub scientiam cadens animoque semper imitabilis et perceptibilis prima natura est et suae substantiae decore perpetua, infinitum uero mailitiae dedecus est, nullis propriis principiis nixum, sed natura semper errans a boni definitione principii tamquam aliquo signo optimae figurae impressa componitur et ex illo erroris fluctu retinetur. On tirera un grand profit de cette connaissance, à condition de bien savoir ce qui suit. C'est le bien, fini est constituant l'objet de la science, et que l'âme peut toujours percevoir et imiter, qui est premier par nature et éternel dans la nature de sa substance, tandis que la laideur du mal est indéfinie, ne s'appuie sur aucun principe qui lui soit propre, et, toujours errante par nature, n'a de composition qu'en tant qu'elle est informée par le principe du bien, qui est fini, comme par un sceau de très belle forme, et arrachée aux tourbillons de l'erreur.
 
Nam nimiam cupiditatem iraeque immodicam effrenationem quasi quidam rectae animus pura intelligentia roboratus adstringit, et has quodammodo inaequalitatis formas temperata bonitate constituit. Car le désir et ses débordements, la colère et ses déchaînements sans mesure, sont étroitement tenus par l'âme qui est comme une sorte de conducteur et qui est fortifiée par l'intelligence pure; et c'est elle qui, en les tempérant par le bien, règle ces sentiments qui sont en quelque sorte des formes d'inégalité.


Selon C. S. Lewis, Abolition of Man, la partie Men without Chests, l'Antiquité et le Moyen Âge considéraient l'âme quasi tripartite : comme le corps moins les extrémités avait trois parties essentielles, tête, poitrine et estomac, l'âme avait aussi trois parties, intelligence (νους), esprit (θυμος), passions (τα παθη) ou appétit.

La tête ne dirige pas les intestins directement, mais à travers la poitrine. L'intelligence ne dirige pas les passions directement, mais à travers l'esprit.

Dans ce contexte, les mots émotion et sentiment sont post-médiévaux, et si émotion peut signifier ce qui se trouve dans l'esprit comme ce qui se trouve dans les passions, sentiment signifie (d'abord, au moins) ce qui se trouve dans l'esprit. La plaisir est une passion, le courage est un sentiment.

C'est très récemment, et pas du tout boécien, plutôt Kantien (domaine où je ne suis nullement expert), que de mettre dans un sac les passions et les sentiments comme "émotions" parce que, contrairement aux contenus de l'intelligence, indicatif avec simple point à fin de phrase ne les exprime pas, parce qu'on préfère pour les deux soit un indicatif ou un subjonctif du désir, soit un point d'exclamation.

Donc, je blâme la traduction "l'âme qui est comme une sorte de conducteur" : pour Boèce ce n'est pas le cas de l'âme entière, mais de la partie médiane, de l'esprit, qui se trouve entre intelligence et appétit.

Je blâme aussi le résumé de colères et désirs comme "ces sentiments" car, si Boèce aurait dû traduire en une langue ayant tellement le besoin de résumer, à cause de courte haleine, il les aurait résumé comme "ces passions" ou "ces appétits".

Encore une note : quand Copernic considère les épicycles (genre Tychoniens) nécessaires pour tenir compte des mouvements des corps célestes dans un cadre du géocentrisme comme inexplicables, ceci n'est pas par rapport aux causes mécaniques (genre gravitation ou inertie), mais parce que les mathématiques de son temps n'avaient pas l'habitude des les visualiser. Il les tenait donc pour le mal dans l'infini non expliqué par les maths, et non pour le bien rationnel et défini.

Nous avons, depuis, inventé le Spirographe, et s'il avait eu l'habitude de les visualiser comme "courbe de Spirographe" il les aurait tenus pour étant dans le bien rationnel et défini, donc, il n'aurait pas ressenti le besoin de l'Héliocentrisme pour sauver la réputation de Dieu comme artiste avec du goût. Car, c'est bien ça qui l'agaçait, et pas la question quel genre de cause pouvait produire ce genre de courbes.

Hans Georg Lundahl
St. Maur
Sts Prote et Hyacinthe**
11.IX.2019

* Mais des choses infinies, il n'y a nulle connaissance, l'infini ne pouvant pas être capté par l'esprit.

** Romae, via Salaria veteri, in coemeterio Basillae, natalis sanctorum Martyrum Proti et Hyacinthi fratrum, eunuchorum beatae Eugeniae. Hi, sub Gallieno Imperatore, deprehensi quod essent Christiani, sacrificare coguntur; sed non consentientes, primo durissime verberati sunt, ac tandem pariter decollati. / À Rome, dans la vieille Via Salaria, dans le cimitière de Basille, naissance (céleste) des saints martyrs Prote et Hyacinthe, frères, eunuques de la bienheureuse Eugénie. Ceux-ci, sous l'Empereur Gallien, arrêtés en tant que Chrétiens, ont été forcés de sacrifier, mais parce qu'ils ne consentirent pas, d'abord tabassés très durement, et à la fin décapités en pair.

Sunday, September 8, 2019

Le préjugé pas limité à Malet-Isaac


Malet-Isaac et la Prusse · Le préjugé pas limité à Malet-Isaac

Je viens de lire Camarades du Front par Sven Hassel. Un certain Mouritz était mal-aimé, car plus ou moins piétiste, puritain, et ainsi de suite, mais on lui faisait un autre reproche aussi. "Le Judas Tchèque qui s'est vendu à Hitler."

En Irlande, la principale frontière ethnique entre Anglais d'Irlande, Écossais d'Ulster et Irlandais, ce n'était pas la langue, mais la religion. Si un homme disait qu'il était Irlandais, il ne voulait pas forcément dire qu'il parlait Gaélique, ou que ceci était sa langue maternelle, mais qu'il était Catholique d'une famille catholique. Une population à la fois indigène et dépriviligié pendant des siècles.

Par contre, en Tchéquie, que ce soit Bohème ou Moravie, se dire Tchèque parlait de la langue maternelle et se dire Allemand aussi. Certes, les Allemands étaient privilégiés, surtout dans les villes comme Prague, mais on pouvait sans trahison devenir Allemand, simplement en apprenant l'allemand. Comme un Irlandais pouvait très simplement avoir certains avantages en apprenant l'anglais, une certaine époque.

Donc, la présence d'Allemands sur le sol Tchèque n'est pas le fait d'une invasion, c'est le fait d'une assimilation avec la bourgeoisie de Prague, qui, certes, débutes comme immigrés allemands, car ce sont les Allemands qui savent faire la ville. Une grande souche des Allemands en Tchéquie était donc des Tchèques devenus germanophones. Parmi les deux langues, on avait les deux religions, Catholiques et Protestants, depuis que la Guerre de Trente Ans avait abouti à des solutions paisibles.

On ne trahissait ni sa religion, ni sa patrie en se faisant Allemand.

La situation était assez pareille en Slovaquie, sauf que là, la population était quasi entièrement des Catholiques.

Et la politique qui changea ceci, c'était un membre du Parti national social tchèque, Edvard Beneš, et un peu avant, un Tomáš Garrigue Masaryk, qui avaient prôné le Tchécoslovaquisme. Dans la alors Tchécoslovaquie, les populations étaient 51 % Tchèques, 16 % Slovakes, 22 % Allemands, 5 % Hongrois, 4 % Rusyns (Ukrainiens occidentaux), et, le Tchécoslovaquisme voulait considérer les Tchéques et les Slovaques comme un seul peuple, et les autres nations comme quasiment des invahisseurs des temps Austro-Hongriens et avant au Saint Empire.

Cette vision était largement ahistorique, si c'était vrai, comment un Ottokar II avait-il pu s'obfusquer de ne pas devenir roi des Allemands, Empereur romain élu? Mais, précisément, les Tchèques et les Allemands en Bohème n'étaient pas deux loyautés en compétition, mais deux "vitesses" sociales d'une même peuple.

Mouritz n'était pas un traître, il était loyal aux temps quand l'Allemand était un bon Bohème, à même tître que le Tchèque.

Ce n'est même pas sûr, de ce que j'ai lu de lui (je n'ai pas lu les autres volumes de Sven Hassel), qu'il était Tchèque plutôt que Sudet-Allemand. Il pouvait être l'un ou l'autre ou parfaitement bilingue.

Et contrairement à ce qui se passait en Prusse, la Bohème n'avait jamais été conquis par des Allemands, il n'y avait jamais eu des massacres de Tchèques, la Bohème avait choisi de s'associer à l'Empire, comme le Texas aux États-Unis, avec moins de conflit.

Hans Georg Lundahl
Paris XI
XIII Dimanche après Pentecôte
et Nativité de la Sainte Vierge
8.IX.2019

Saturday, August 24, 2019

Avant les Préhistoriens modernes


Persuadé de la validité de sa théorie, Boucher de Perthes voulut présenter ses résultats en séance à l'Académie des sciences, sans recevoir l'approbation à laquelle il s'attendait. Au contraire, le secrétaire perpétuel de l'époque, Élie de Beaumont (1798-1853), fit preuve d'acharnement contre ses théories. Il ne pouvait pas être question d'admettre que l'homme ait pu vivre aux côtés des mammouths! En 1847, Boucher de Perthes publia ses travaux sous le titre explicite d'Antiquités celtiques et antédiluviennes. Le mot-clef était lancé, "antédiluvien": l'homme aurait existé avant le Déluge.


Préhistoires d'Europe, p. 59
https://livre.fnac.com/a9317927/Joel-Cornette-Prehistoires-d-Europe


Il semble y avoir des méprises, Joël Cornette ou Anne Lehöerff. D'abord, les dates de sa vie, je considère la wikipédie plus fiable que vous:

https://fr.wikipedia.org/wiki/L%C3%A9once_%C3%89lie_de_Beaumont

Naissance
25 septembre 1798 Mézidon-Canon

Décès
21 septembre 1874 Mézidon-Canon


De la même source, il n'était pas encore secrétaire perpétuel en l'année nommée, 1847.

"Par décret du président français, il est fait sénateur à vie en 1852 et, à la mort de François Arago, il devient secrétaire perpétuel de l’Académie des sciences. En 1861, il reçoit la plaque de grand-officier de la Légion d'honneur."


Après, je suis moins sûr de ceci:

Il ne pouvait pas être question d'admettre que l'homme ait pu vivre aux côtés des mammouths!


On n'a effectivement pas trouvé tellement de mammouths dans le Proche Orient, il a pu considérer que l'homme ne soit pas venu en Europe avant le Déluge.

Par contre, il était Catholique et admettait certainement que l'homme existait avant le Déluge. C'est marqué dans la Bible, voir les chapitres 1 - 6 de la Genèse. D'où ai-je qu'il était Catholique? La wikipédie française dans sa laïcité ne le marque pas? Bon, l'article en anglais cite Catholic Encyclopedia comme une source:

Jean-Baptiste-Armand-Louis-Léonce Elie de Beaumont
http://www.newadvent.org/cathen/05385b.htm


Cet article confirme les dates de la wikipédie française:

Geologist, b. at Canon (Dép. Calvados), near Caen, France, 25 Sept., 1798; d. at Canon, 21 Sept., 1874.


Et précise aussi:

A paper published by him, as early as 1829, in the "Annales" of the Academy, may be regarded as the starting-point of modern views on mountain structure. His observations and theories on the subject are developed in detail in his "Notice sur les systèmes des montagnes": 3 vols. (1852). Elie de Beaumont was a man of ardent faith and great integrity of life. In all his official positions he was conspicuous for his fairness and consideration for his colleagues.


Or, là, il est impossible qu'il aurait pu mettre simplement en doute que l'homme existait avant le Déluge, comme le semble avoir compris Joël Cornette ou Anne Lehöerff. Par contre, ce qui est possible est qu'il devait conclure que le mammouth étant antédiluvien, l'Europe avant le Déluge n'était pas encore parmi les parties du monde peuplées par hommes.

Si le commentaire est cité correctement à part le malentendu "l'homme aurait existé avant le Déluge" plutôt que "l'homme aurait vécu en Europe avant le Déluge" comme contribution révolutionnaire de Boucher de Perthes, alors, son argument pour nier des Européens antédiluviens est une parallèle à ceux de nos jours qui critiquent nous les créationnistes pour admettre la coëxistence temporelle (pas forcément locale) d'hommes et de dinosaures.

Le début du même chapitre donne un malentendu un peu plus banal, que 4000 avant Jésus-Christ aurait été la création obligatoire de chez obligatoire d'Adam. Même si la Vulgate se prête mieux à la chronologie d'Ussher que celle de St. Jérôme ou de Syncellus, celles-ci n'étaient pas proscrites comme hérétiques, car la chronologie de St. Jérôme se trouve encore dans le Martyrologe romain (depuis avant le Concile de Trente) pour le jour de Noël, et ma source pour la chronologie de Syncellus, que j'ai étudiée en parallèle avec celle de St. Jérôme pour mes tables carboniques, c'est une thèse par un prêtre catholique de l'archidiocèse encore catholique de Paris. Or, pour St. Jérôme, Notre Seigneur est né 5199 après la Création, pour Syncellus entre 5508 et 5500 après la Création. Mais j'ai quelque part le sentiment, que la question posée n'était pas vraiment entre 4000 et 5500, plutôt entre 4000 et 50 000 ou davantage. Quel que serait la date qu'ils donnent pour l'hominisation d'Homo sapiens.

Et ces gens ont mal à voir que le style des peintures de cavernes est tellement le même, qu'on pense plutôt à un artiste unique, ou une école dans une famille, pendant quelques siècles juste après le Déluge, comme ça ferait l'affaire.

Hans Georg Lundahl
Paris XI
St. Bartholomé Apôtre
24.VIII.2019

Monday, August 5, 2019

Malet-Isaac et la Prusse


Malet-Isaac et la Prusse · Le préjugé pas limité à Malet-Isaac

Je viens de finir le Malet-Isaac, réimpression aux éditions Pluriel, à partir de l'édition de 1958. Je ne suis pas sûr si les chapitres signalés comme manquants dans l'avertissement, XXI, XXVII, XXIX et XXX "du livre premier" manquaient déjà alors ou seulement depuis cette réédition Pluriel.

Et déjà une observation, bien que les "Marranes du Nord" (dont une partie de mes ancêtres) prônent normalement l'amitié judéo-chrétienne, je trouve cette amitié en partie gâché par le fait que des distorsions de l'histoire aient été nécessaire pour trouver un terrain commun. Par exemple, pour Torquemada, sont censés les Juifs convertis qu'il brûla ou mit en prison, mais son mobile de protéger les convertis qui l'étaient pour de vrai, et le fait qu'il est de famille conversa, que son oncle avait protégé des convertis contre un lynchage, un pogrom - pas de mention. Bon, s'ils étaient de la IIIe République, pas étonnant.

Déjà au XIIe siècle*, Allemands et Polonais avaient commencé l'évangélisation des Poméraniens. Ils continuèrent leur œuvre en Prusse, puis en Livonie et Esthonie jusqu'au golfe de Finlande.


Déjà ceci, les Esthoniens (!) du Nord, en Estonie historique, étaient surtout évangélisés par les Danois. Tallin veut dire "des Danois" ou "ville des Danois". Les Estoniens du Sud, aujourd'hui en Estonie partie sud, étaient alors en Livonie partie nord. Et pour l'Estonie historique, les Allemands et Polonais sont donc impertinents.

Or, l'Estonie du nord - Estonie historique, donc - est précisément la partie qui se trouve au sud du golfe de Finlande.

Contre les Prussiens, païens endurcis, il fallut organiser une véritable croisade ...


Livonie et Curonie avaient au moins besoin de la protection de croisés, demandés par l'évêque de Riga.

... dirigée par un ordre de moines soldats qui s'était créé en Palestine vers 1190, les Chevaliers teutoniques. Après une lutte sauvage d'un demi-siècle : (1231-1283), les Prussiens furent exterminés ou déportés et remplacés par des colons allemands.


Pourtant, si on tuait pas mal de cheftains, on épargnait au moins suffisamment de Prussiens, pour que, des siècles après, on dût rédiger des catéchismes en vieux-prussien.

Les Prussiens se sont soulevés deux ou trois fois, et, les uns devenaient des serfs, les autres s'enfuyaient en Lituanie. Là où l'allemand remplaça le vieux-prussien, c'était parce que les colons allemands avaient des droits seigneuriaux sur les serfs prussiens, et pouvaient les influencer en fonction : chose éventuellement faite le XVIIe siècle.

En plus, contrairement au renseignement (pas cité dans le passage, dit plus loin) que les Prussiens étaient des Slaves, ils étaient des Baltes, parlaient une langue balte.

Conférons l'invocation "Notre Père qui es aux Cieux" en vieux-prussien et en polonais:

Thawe nuson kas tu asse Andangon (du premier catéchisme en prussien)

Ojcze Nasz, któryś jest w niebiesiech, (en polonais).

Ni les langues slaves, ni les langues baltes ont la glosse qui en latin donne "pater" et en anglais "father". Mais les glosses diffèrent entre elles, otets et apparenté en langues slaves, tévés et apparenté en langues baltes.

Comme dit, les Prussiens n'étaient pas Slaves, et les renseignements de Malet et Isaac sont donc parfois inexactes. À part bien entendu la touche de leyenda negra.**

Pour aller plus vers le vrai en la question des Prussiens, j'aime Belloc : "les pauvres Prussiens avaient juste compris qu'il fallait devenir Catholiques, quand on leur dit de devenir Protestants - ce qui explique pas mal de leur comportement ultérieur" (en termes de trop grande subservience au pouvoir).

Hans Georg Lundahl
Paris
Notre Dame aux Neiges
5.VIII.2019

* Le passage cité est du passage sur l'expansion du Catholicisme en Europe, juste avec la Croisade contre les Albigeois.

** La touche de leyenda negra est bien entendu inexacte aussi, j'aurais dû dire "en plus de la touche de leyenda negra".