Saturday, October 19, 2019

One Good Thing about Harry Potter : Honest about School


Φιλολoγικά/Philologica : Were the Inklings a Forbidden Society? No. · HGL'S F.B. WRITINGS : Craig Crawford's view on Harry Potter (feat. réprise of his view on Tolkien and CSL, feat. Dan Brown) · CSL Not Arian · Assorted retorts from yahoo boards and elsewhere : Commenting on Schnoebelen's at al:s comments on HP · Brian Holdsworth's take on HP · Φιλολoγικά/Philologica : One Good Thing about Harry Potter : Honest about School

Some Christians or people who think they are so consider it their duty to side with educators.

Some of them have tended to forget how C. S. Lewis saw school and so doesn't really bother bringing it up against him.

And for some, this could be the reason they hate Harry Potter.

I think there is truth in fiction at times, and here is an item:

In a 1999 interview, Rowling stated that Draco is based on several prototypical schoolyard bullies she encountered[9] and Snape on a sadistic teacher of hers who abused his power.


I had less Snape and more Draco in my school life. I still very much prefer the homeschooling episodes with ma, short but dear to me.

https://en.wikipedia.org/wiki/Harry_Potter_(character)

Harry Potter has inspired comments like these:

Why HARRY POTTER’s Wizarding World and Hogwarts Are Actually Horrible Places
by Rosie Knight • Jun 23 2017 • 9:00 AM
https://nerdist.com/article/why-harry-potters-wizarding-world-and-hogwarts-are-actually-horrible-places/


25 Things That Are Wrong With Harry Potter (That We All Choose To Ignore)
by Zooey Norman – on Mar 10, 2018 in Lists
https://www.thegamer.com/things-that-are-wrong-with-harry-potter-that-we-all-choose-to-ignore/


20 Things Wrong With Harry Potter We All Choose To Ignore
by Jordan Phillips – on Jan 21, 2019 in Lists
https://screenrant.com/harry-potter-biggest-problems-things-wrong/


OK, the last of these is a bit exessively* pro-school ("he's a terrible student") as I suppose another Jordan P might be, he also is wrong about contact lenses being safer in battle, I think, but Rosie and Zooey are so right (say I even without reading the books first) and I wonder how much they will discover about mundane school systems once they allow these thoughts to look a bit aside the fiction into Real Life counterparts of certain items.

As for those who think children shouldn't study magic, I quite agree. But this doesn't just rule out Hogwart : a professor arguing for contraception, abortion, psychiatry, futurology, evolution, astrophysics is in some way teaching potion lore and divination. And unlike Hogwarts spells, a potion lore and divination that is actually in use these days.

Hans Georg Lundahl
Torcy
Day after St. Luke
19.X.2019

* I was excessively tired after rising too early this morning ...

Thursday, September 26, 2019

Pascal et Mozart jeunes


Un propos à propos l'âge nubile et le Moyen Âge · Pascal et Mozart jeunes · Avortement et Hausse de l'âge nubile - les deux sous Chirac

GeoAdo, oct. 2019, dans l'enquête "Les ados changent-il le monde?" Laurence Muguet ou Nicolas Martelle ou les deux ont écrit, page 24:

[Quand les adultes, parfois, baissent les bras avant même d'avoir cherché ...] Rimbaud, Mozart, Pascal, Picasso : beaucoup d'artistes et de penseurs ont commencé avant 18 ans. Mes règles imposées par les parents et la société ? Ils s'en moquaient ! Ils ont préféré inventer les leurs.


Picasso et Rimbaud m'intéressent moins. Par contre, Mozart et Pascal étaient de l'Ancien Régime.

Or, ils n'ont pas inventé leurs règles, comme on peut voir à propos Pascal ici:

Son père, Étienne Pascal (1588-165113), très intéressé par les mathématiques et les sciences15, était conseiller du roi pour l'élection de Basse-Auvergne, puis second président à la Cour des aides de Montferrand. Devenu veuf, il décide d'éduquer seul ses enfants. Blaise Pascal avait deux sœurs, Jacqueline, née en 1625, et Gilberte (née en 1620, mariée en 1642 à Florin Périer (de), conseiller à la cour des aides de Clermont) qui lui survécut16.

En 1631, Étienne se rend avec ses enfants à Paris, alors que Blaise n'a encore que 8 ans. Il décide d’éduquer lui-même son fils, qui montre des dispositions mentales et intellectuelles extraordinaires. En effet très tôt, Blaise a une capacité immédiate pour les mathématiques et la science, peut-être inspirée par les conversations fréquentes de son père avec les principaux savants de l’époque : Roberval, Marin Mersenne, Girard Desargues, Claude Mydorge, Pierre Gassendi et Descartes17. Malgré sa jeunesse, Blaise participe activement aux séances à l'occasion desquelles les membres de l’académie Mersenne soumettent leurs travaux à l'examen de leurs pairs16.

À onze ans, il compose un court Traité des sons des corps vibrants et aurait démontré la 32e proposition du Ier livre d’Euclide (concernant la somme des angles d'un triangle)18. Étienne réagit en interdisant à son fils toute poursuite de ses études en mathématiques jusqu’à quinze ans, afin qu’il puisse étudier le latin et le grec.


https://fr.wikipedia.org/wiki/Blaise_Pascal

Donc, un génie de maths, invité chez les interloques de son père avec des savants, et seule interdiction parentale est de poursuivre les maths (au-delà de la 32e proposition du Ier livre d’Euclide, bien entendu) avant quinze (ce qu'il brave en secret, on ne supprime pas un talent comme ça, même momentanément), et ceci pour qu'il puisse être ce que paraîtrait de nos jours également précoce en latin et grec.

Non, l'éducation de l'Ancien Régime n'était pas oppressive de la précocité. Et donc, pas vraiment abusivement oppressive tout court.

Et notons, Pascal était scolarisé à maison, par son père.

Ce qui était aussi le cas du jeune Mozart (ce quelqu'un évoquerait le lycée de Piaristes, ça concerne son fils, pas lui-même, et le fils n'a pas composé à la hauteur de son père). Il a certes écrit son premier menuet très jeune, mais il a aussi sur les directives de son père lu Riepl très jeune. Entre Riepl et Koch, très peu est réarrangé dans la théorie musicale, et ce peu, ça vient de Mozart. Mais, d'un Mozart qui était foncièrement fidèle à Riepl. Et donc à son père qui l'avait scolarisé avec. En revanche, son orthographe allemande était pour sa vie un peu approximative, selon les évaluations que j'ai entendues, parce que le père n'avait pas choisi d'être rhéteur ou de scolariser pour les discours.

Si Pascal et Mozart étaient précoces, ce n'était pas à cause d'un esprit rebelle, mais à cause d'une scolarité à maison très réussie.

Hans Georg Lundahl
Cergy
Sts Cyprien est Justine
23.IX.2019

Nicomediae natalis sanctorum Martyrum Cypriani, et Justinae Virginis. Haec, sub Diocletiano Imperatore et Eutolmio Praeside, cum multa pro Christo pertulisset, ipsum quoque Cyprianum, qui erat magus et suis magicis artibus eam dementare conabatur, ad Christianam fidem convertit; cum quo postea martyrium sumpsit. Eorum corpora, feris objecta, rapuerunt noctu quidam nautae Christiani, et Romam detulerunt; quae, postmodum in Basilicam Constantinianam translata, prope Baptisterium condita sunt.

Saturday, September 21, 2019

Arma virumque cano in ASCII




"In case you were wondering, this is what the first four lines of the Aeneid look like in ASCII Binary."

Credits to Anthony Gibbins.

Friday, September 20, 2019

Did Livy independently confirm Bellum Gallicum?


HGL'S F.B. WRITINGS: [rejecting Christianity implies ignorance, pro et contra] · Φιλολoγικά/Philologica: Did Livy independently confirm Bellum Gallicum?

Nearly a month ago, I was finishing a debate with John Médaille.

Here is how it ended:

Hans-Georg Lundahl
"the Romans actually occupied Gaul from, oh, say a thousand different sources,"

You don't have a thousand, a hundred, or even twenty (I was nearly saying ten) sources from back then.

You have Julius Caesar, you also have Velleius Paterculus writing in the time of Tiberius (who was careful about the memory of Caesar).

If you know more sources, tell me, but I am a Latinist and know probably more than you about Classic Antiquities, "thousand sources" isn't bluffing me.

One could equally say there were thousand sources for the Church existing, while they were fewer.

A community usually recalls how it comes about.

I also know no historian who doubts Vercingetorix died in Rome after being tied behind the triumph of Caesar.

John Médaille
Exactly. Because we have many sources.

Hans-Georg Lundahl
We have Caesar and later people depending on his account.

And they are definitely not "many".

I have a trouble calling you an "ignoramus". In Latin, that is a first person plural verb, and I find it ignorant to use it as a noun.

But you just showed ignorance of Antiquities.

John Médaille
Ah, the ad hominem argument: the admission of failure.

Hans-Georg Lundahl
No, it is not ad hominem, it is highly relevant to the argument.

You IMAGINE historians who admit Caesar beat Vercongetorix have LOTS of sources, FROM THAT TIME.

Someone who KNOWS doesn't.

John Médaille
Okay, Hans.

Hans-Georg Lundahl
So you admit that:

  • history is known from tradition
  • independent contemporary multiple evidence is good but not needed?


He didn't as far as the FB notifications allowed me to see, ever answer whether he admitted that. That means, he could have said "Okay, Hans" as a way of humouring me.

Now, if he hadn't, if he had answered, he might have answered off the hip asking "didn't Livy deal with Roman History up to his own day?"

He wasn't that careless. Good for him in a way.

Here is why that would be careless. Yes, Livy did so, but this does not mean we have Livy as a source.

And here is why we haven't Livy as a source: Gallic Wars begins in Livy's book 103. They end in his book 108. I am not sure, but I think the triumph in Rome with Vercingetorix killed after triumph was even after Civil War. And Civil War ends in Livy's book 116.

So, we do not have these books? No.

Books 46 (coming after an almost complete 45 dealing with Third Macedonian War, capture of Perseus, Sixth Syrian War, triumph of Aemilius Paullus) to 142 are almost all of them lost. Obviously 103 to 116 come between these. 91 of which we have a fragment is about Sertorian War. The one's not simply lost in our relevant span are 111 and 112 being quoted.

Obviously, if they are lost, how do we know what they were about?

Well, here is how:

Livy was abridged, in antiquity, to an epitome, which survives for Book 1, but was itself abridged in the fourth century into the so-called Periochae, which is simply a list of contents. The Periochae survive for the entire work, except for books 136 and 137.[7] In Oxyrhynchus, a similar summary of books 37–40 and 48–55 was found on a roll of papyrus that is now in the British Museum classified as P.Oxy.IV 0668.[8] There is another fragment, named P.Oxy.XI 1379, which represents a passage from the first book (I, 6) and that shows a high level of correctness.[9] However the Oxyrhynchus Epitome is damaged and incomplete.


Notes 7 to 9 give the references (which I'm too lazy to check):

7
"Livy: the Periochae". www.livius.org. Retrieved August 5, 2014

8
"T. LIVI PERIOCHARUM FRAGMENTA OXYRHYNCHI REPERTA". www.attalus.org. Retrieved August 5, 2014.

9
The Oxyrhynchus Papyri, part XI, London, 1915, pagg. 188-89.


This means, for the books in questions we have now resumés as short as "108 Gallic Wars, Battle of Alesia, victory of Gaius Cassius Longinus against the Parthians."

At this point, John Médaille might say "ah, but historians do doubt Alesia, for instance, the place has never been unequivocally identified". Yes, but the historians who do raise serious doubts on Battle of Alesia for this reason are not mainstream. They may have had a vogue in the seventies, back about when he was at university. Overall, they are not very mainstream.

In other words, John Médaille was pretending to use on Gospels a kind of methodology which if applied to Gallic Wars would lead to doubting at least Alesia. In fact, if you read the whole debate, to doubting even the series of events on the whole, from expansionism of Helvetian Orgetorix to Alesia.

So, John Médaille was careful in not replying, unless, I said, he did and I missed the update.

Was Livy at least independent of Caesar's Bellum Gallicum? No, not very. Alesia siege occurred in September, 52 BC. 2071 years ago, to the month, unless some parts of inbetween chronology got garbled. Livy was born in 64 or 59 BC, in what is now Padua. So, he was 7 or 12 years old when it occurred. This clearly means, he was staying at home in Padua. This means he had to rely on others for information. And on whom?

He was on familiar terms with members of the Julio-Claudian dynasty and even in friendship with Augustus,[1] whose young grandnephew, the future emperor Claudius, he exhorted to take up the writing of history.[2]


Notes 1 and 2:

1
Tacitus. Annales. IV.34.

2
Suetonius. Claudius. The Twelve Caesars. 41.1.


And note, it would seem to me that Tacitus and Suetonius are the earliest authors after Livy who mention him, though I haven't so far checked if he occurs in Velleius Paterculus, who wrote in AD 30. Up to and in. But if Livy was in disfavour with Tiberius, I think it less probable that Velleius Paterculus, who was very obsequious to Tiberius, was mentioning him. He was in disfavour with Tiberius? See this discussion about his life dates:

Livy was likely born between 64 and 59 B.C. and died sometime between A.D. 12 to 17. He started his work sometime between 31 B.C. and 25 B.C. St. Jerome says that Livy was born the same year as Marcus Valerius Messala Corvinus and died the same year as Ovid.[21] Messala, however, was born earlier, in 64 BC, and Ovid's death, usually taken to be the same year as Livy's, is more uncertain. As an alternative view, Ronald Syme argues for 64 BC – 12 AD as a range for Livy, setting the death of Ovid at 12.[22] A death date of 12, however, removes Livy from Augustus' best years and makes him depart for Padua without the good reason of the second emperor, Tiberius, being not as tolerant of his republicanism. The contradiction remains.


21
St. Jerome (Hieronymus): Chronological Tables – for Olympiads 170 to 203 [= 100 BC – 36 AD]". Attalus. 29 February 2016. Retrieved 14 August 2009.

22
Livy (1994). Kraus, Christina Shuttleworth (ed.). Ab vrbe condita. Book VI. Cambridge: Cambridge University Press. p. 1. ISBN 0-521-41002-9.


So, we know about Livy himself from mainly Tacitus and Suetonius who were both born after he had died. AD 56 and 69, that is. Seneca and Pliny also mention him, but very briefly. And we know about the content of Livy's work except when books are preserved (as often up to 45) from Periochae which were written in the fourth Century. And one of the things we do know, if we accept this as adequate source material, which historians do, is, he was depending on same set of people, roughly, as Caesar had belonged to. The Julio-Claudian dynasty may have differed from "Julius himself" (but Julius isn't a first name!) in politics, but they certainly agreed with honouring his military exploits, like the Gallic War. They even prayed to him as a god.

Does this remind you of a case where sources have been deemed too little independent, or too late after facts or both? Anoth JC? Someone whom Constantine called Emperor of Heaven? I think it remind me of Him.

Hans Georg Lundahl
Cergy
Vigil of St. Matthew
20.IX.2019

PS, link to wiki is given here to the main article I used, other articles can be reached from it:

https://en.wikipedia.org/wiki/Ab_Urbe_Condita_Libri

PPS, wikipedia may not be a creditable source, but on Classic Antiquities, it seems to beat John Médaille./HGL

Thursday, September 19, 2019

Humanists UK vs History, I'd Say


https://humanism.org.uk/humanism/

Throughout recorded history there have been non-religious people who have believed that this life is the only life we have, that the universe is a natural phenomenon with no supernatural side, and that we can live ethical and fulfilling lives on the basis of reason and humanity. They have trusted to the scientific method, evidence, and reason to discover truths about the universe and have placed human welfare and happiness at the centre of their ethical decision making.


Epicure was 341–270 BC (thanks, wiki), Lucrece was c. 15 October 99 BC – c. 55 BC (thank you wiki, but note that Lucrece also abbreviates Lucretius, not just Lucretia). Pietro Aretino was 19 or 20 April 1492 – 21 October 1556 (thank you wikipedians!). Oh, if you want to reference a cruel man like Frederick the Stauffer, 26 December 1194 – 13 December 1250 (thank you wiki).

270 - 99 = 171 years.
1194 + 55 = 1249 years.
1492 - 1250 = 242 years.

I am not sure this gets going very much before Hume, so add another ... (1711–1776 - thank you wiki - 1711 - 1556, 11 + 100 + 44 = 155.

171 + 1249 + 242 + 155 years, then. According to this, so much, plus basically all before Epicure is not "recorded history". 1817 years.

Democritus as precursor of Epicure? Sorry, he did believe materialism, of a sort (not quite identic to modern one), but he did not ... sorry, yes he did*, seemingly, so, if he also sought ethics without religion, he would be included. His life time is added to "recorded history" and the one not so qualified - according to the writer or wikipedians on Humanism org - is extended to ...

370 - 341 = 29

... 1846 years plus somewhat shorter everything before Democritus. Or, on their view, infinity before 341 BC minus 119 years to make infinity before 460 BC is still infinity, so, according to their weird maths, formalised by Cantor, it was not even somewhat shorter.

Going back to Nimrod? Well, could work in a sense ... for a Christian or for a Jew or a Muslim. But if Humanist org starts accepting Nimrod from Genesis, how about accepting Jesus from Gospels as historical? Not quite their cup of tea, since they shy away from the ensuing Lewis Trilemma.

Actually, their "throughout recorded history" is a bit parallel to a Ruckmanite's claim of Christians opposing Catholicism in somewhat resembling Baptism for all centuries since Christ.

In either case, not very historical.

Oh, one detail. Some right wing people (whom I otherwise have a lot in common with, as in being right wing Christians) would actually disparage this article for relying so much on wikipedia. I hope that's not your view .... if it has a bias, it's on your side. And yes, there may come a day when wikipedia rules I have to put in yet another intermediate between some of the previous, I saw one Leucippus mentioned who would do, so the years of your not "recorded history" could be reduced somewhat - but probably not very much.

Oh, wait ... were you saying China? Confucius? The man in whose name "social credit scores" are introduced over cell phones leading to disasters? Yes, humanism has a longer history there than over here. And a less glorious one.

And, back to Hume, isn't your argument against the supernatural one from recorded history? Well how about knowing it before arguing from it?

Hans Georg Lundahl
Cergy
Sts. Peleus, Nilus and Elias
Egyptian bishops martyred in Palestine**
19.IX.2019

* Need I say "thank you wikipedians"?

** In Palaestina sanctorum Martyrum et Aegypti Episcoporum Pelei, Nili et Eliae; qui, tempore persecutionis Diocletiani, cum plurimis Clericis, pro Christo sunt igne consumpti.

Wednesday, September 11, 2019

Instututio Arithmetica et son traducteur


Je vais prendre au parallèle (latin / traduction) deux passages de Boèce. 1, 1, 6 et 1, 32, 1. Dans chaque cas, je vais noter une faute de traduction, qui tient à un défaut de connaissance de l'histoire des idées et en tirer l'occasion de parler de cette histoire des idées. Mais aussi des choses qui sont correctement traduites par Jean-Yves Guillaumin (JYG dans le suivant).

Illud quoque addendum arbitror, quod cuncta uis multitudinis ab uno progressa termino ad infinita progressionis augmenta concrescit; magnitudo uero a finita inchoans quantitate modum in diuisione non recipit; infinitissimas enim sui corporis suscepit sectiones. Il faut ajouter, je pense, que toute multiplicité a pour caractéristique une croissance qui progresse et augmente à l'infini à partir d'un terme unique; la grandeur, quant à elle, à partir d'une quantité définie n'a pas de limite dans sa division; elle admet des divisions de son corps à l'infini.
 
Hanc igitur naturae infinitatem indeterminatamque potentiam philosophia sponte repudiat. Cette nature infinie, cette potentialité indéterminée, la philosophie la rejette spontanément.
 
Nihil enim quod infinitum est uel scientia potest colligi uel mente comprehendi, sed hinc sumpsit sibi ipsa ratio, in quibus potest indagatricem ueritatis exercere sollertiam. Car rien de ce qui est infini peut être embrassé par la science, ni saisi par l'esprit, mais la raison en tire pour elle-même des objets sur lesquelles elle puisse exercer son habilité à chercher la vérité.
 
Delegit enim de infinitae multitudinis pluralitate finitae terminum quantitatis et, indeterminabilis magnitudinis sectione reiecta, definita sibi ad cognitionem spatia depoposcit. De le pluralité infinie de la multiplicité, elle sépare la quotité finie, et, rejetant la division sans fin de la grandeur, elle revendique comme objets de connaissance des grandeurs finies.


En traduisant "ab uno ... termino" comme "à partir d'un terme unique" JYG a donc pris "uno" comme adjectif qualifiant "ex ... termino".

Je pense qu'il faut plutôt prendre "ex uno ..." comme la phrase de base et "termino" comme apposition la qualifiant. Donc, "à partir, comme terme duquel, d'un seul". Ou, "à partir d'un seul, comme terme". Le français va sembler moins fluide pour le lecteur moderne sans familiarité avec le Moyen Âge, mais il va être confronté à la pensée du Moyen Âge (et ici aussi de l'Antiquité tardive).

Les nombres, qu'on nomme de nos jours "nombres entiers" ou "nombres naturels", ça commence avec 1. Quant à 0, ce n'est pas un nombre. "Nombre relatif" d'accord, mais alors c'est "+-0" et le bon terme pour ceci serait "relation numérique" ou "relation entre nombres". Mais nombre en tant que combien (ce qu'on discute ici), non, le premier en est 1.

On voit bien que la mathématique n'est pas une seule entité, mais deux disciplines différentes, l'arithmétique concernée avec nombres et la géométrie concernée avec grandeurs. En d'autres endroits, on va aussi repérer que la musique et l'astronomie font partie de ces disciplines, musique comme "nombres en motion" et astronomie comme "grandeurs en motion".

Ni l'arithmétique ni la géométrie se concerne avec un infini actuel. À chaque pas, le nombre en procession d'un seul reste un nombre fini, la procession est juste infinie en puissance, en tant que chaque nombre très haut pourrait être moindre qu'un autre nombre encore plus haut : ce qui ne garantit pas que celui-ci existe. Et les grandeurs diminuent par des sections, mais aucune section est garantie d'avoir lieu, que ce soit conceptuelle par le mathématicien ou physique par le couteau, donc, à chaque pas, les parties d'un corps sont en nombre finie et en taille finie et positive. Pour Boèce ici, ça pourrait être une convention du scientifique : pour St. Thomas plus tard, c'est la nature même du nombre et des grandeurs.

Notons à ce propos, il y a 180 manuscrits de l'œuvre de Boèce, et 29 en se trouvent à Paris, dans des Bibliothèques diverses. Quand on sait que St. Thomas enseignait à Paris, et que donc il y avait une Université avant qu'il commence, et aussi qu'il cite Boèce, on peut conclure que Boèce était le texte d'enseignement de l'arithmétique à l'Université de Paris.

Ceci a une certaine importance en discutant les preuves Thomasiennes de l'existence de Dieu, parce que St. Thomas dit que les causes conduisant à un certain effet en se conduisant les unes les autres doivent être au nombre fini. Une cause (motrice, en général, de l'existence même) doit être la première. Et 1, c'est le nombre qui est premier avant les nombres dits premiers, ce n'est pas simplement un nombre n'importe quel entre 0 et 2 ou entre - 1 et 3.

Pour St. Thomas ceci est important et citable en discutant en quoi Dieu est "infini" et en précisant que l'infinité de Dieu, étant une infinité actuelle, ne peut pas être une infinité mathématique, de nombre ou grandeur, car celle-ci est toujours une infinité potentielle, jamais réalisée.

J'ai cette idée, le Moyen Âge ici avait raison, les Modernes ont tort.

Ajoutons ici partie d'une note par JYG, de la note 23:

L'idée selon laquelle l'infini est inconnaissable est commune à toute l'antiquité. [...] Cette idée sera reprise plus loin par Boèce (début de 1, 32). Cf. aussi Boèce, In Categ., 1, PL 64, col. 160 B: sed infinitorum nulla cognitio est, infinita animo comprehendi nequeunt*.

J'ai omis les citation non boéciennes, à commencer par Platon. Cette note me conduit au passage suivant:

Restat autem nobis profundissimam quamdam tradere disciplinam, quae ad omnem naturae uim rerumque integritatem maxima ratione pertineat. Il nous reste à transmettre un enseignement d'une grande profondeur, qui concerne au plus haut degré la nature tout entière et la totalité des choses.
 
Magnus quippe in hac scientia fructus est si quis non nesciat quod bonitas definita et sub scientiam cadens animoque semper imitabilis et perceptibilis prima natura est et suae substantiae decore perpetua, infinitum uero mailitiae dedecus est, nullis propriis principiis nixum, sed natura semper errans a boni definitione principii tamquam aliquo signo optimae figurae impressa componitur et ex illo erroris fluctu retinetur. On tirera un grand profit de cette connaissance, à condition de bien savoir ce qui suit. C'est le bien, fini est constituant l'objet de la science, et que l'âme peut toujours percevoir et imiter, qui est premier par nature et éternel dans la nature de sa substance, tandis que la laideur du mal est indéfinie, ne s'appuie sur aucun principe qui lui soit propre, et, toujours errante par nature, n'a de composition qu'en tant qu'elle est informée par le principe du bien, qui est fini, comme par un sceau de très belle forme, et arrachée aux tourbillons de l'erreur.
 
Nam nimiam cupiditatem iraeque immodicam effrenationem quasi quidam rectae animus pura intelligentia roboratus adstringit, et has quodammodo inaequalitatis formas temperata bonitate constituit. Car le désir et ses débordements, la colère et ses déchaînements sans mesure, sont étroitement tenus par l'âme qui est comme une sorte de conducteur et qui est fortifiée par l'intelligence pure; et c'est elle qui, en les tempérant par le bien, règle ces sentiments qui sont en quelque sorte des formes d'inégalité.


Selon C. S. Lewis, Abolition of Man, la partie Men without Chests, l'Antiquité et le Moyen Âge considéraient l'âme quasi tripartite : comme le corps moins les extrémités avait trois parties essentielles, tête, poitrine et estomac, l'âme avait aussi trois parties, intelligence (νους), esprit (θυμος), passions (τα παθη) ou appétit.

La tête ne dirige pas les intestins directement, mais à travers la poitrine. L'intelligence ne dirige pas les passions directement, mais à travers l'esprit.

Dans ce contexte, les mots émotion et sentiment sont post-médiévaux, et si émotion peut signifier ce qui se trouve dans l'esprit comme ce qui se trouve dans les passions, sentiment signifie (d'abord, au moins) ce qui se trouve dans l'esprit. La plaisir est une passion, le courage est un sentiment.

C'est très récemment, et pas du tout boécien, plutôt Kantien (domaine où je ne suis nullement expert), que de mettre dans un sac les passions et les sentiments comme "émotions" parce que, contrairement aux contenus de l'intelligence, indicatif avec simple point à fin de phrase ne les exprime pas, parce qu'on préfère pour les deux soit un indicatif ou un subjonctif du désir, soit un point d'exclamation.

Donc, je blâme la traduction "l'âme qui est comme une sorte de conducteur" : pour Boèce ce n'est pas le cas de l'âme entière, mais de la partie médiane, de l'esprit, qui se trouve entre intelligence et appétit.

Je blâme aussi le résumé de colères et désirs comme "ces sentiments" car, si Boèce aurait dû traduire en une langue ayant tellement le besoin de résumer, à cause de courte haleine, il les aurait résumé comme "ces passions" ou "ces appétits".

Encore une note : quand Copernic considère les épicycles (genre Tychoniens) nécessaires pour tenir compte des mouvements des corps célestes dans un cadre du géocentrisme comme inexplicables, ceci n'est pas par rapport aux causes mécaniques (genre gravitation ou inertie), mais parce que les mathématiques de son temps n'avaient pas l'habitude des les visualiser. Il les tenait donc pour le mal dans l'infini non expliqué par les maths, et non pour le bien rationnel et défini.

Nous avons, depuis, inventé le Spirographe, et s'il avait eu l'habitude de les visualiser comme "courbe de Spirographe" il les aurait tenus pour étant dans le bien rationnel et défini, donc, il n'aurait pas ressenti le besoin de l'Héliocentrisme pour sauver la réputation de Dieu comme artiste avec du goût. Car, c'est bien ça qui l'agaçait, et pas la question quel genre de cause pouvait produire ce genre de courbes.

Hans Georg Lundahl
St. Maur
Sts Prote et Hyacinthe**
11.IX.2019

* Mais des choses infinies, il n'y a nulle connaissance, l'infini ne pouvant pas être capté par l'esprit.

** Romae, via Salaria veteri, in coemeterio Basillae, natalis sanctorum Martyrum Proti et Hyacinthi fratrum, eunuchorum beatae Eugeniae. Hi, sub Gallieno Imperatore, deprehensi quod essent Christiani, sacrificare coguntur; sed non consentientes, primo durissime verberati sunt, ac tandem pariter decollati. / À Rome, dans la vieille Via Salaria, dans le cimitière de Basille, naissance (céleste) des saints martyrs Prote et Hyacinthe, frères, eunuques de la bienheureuse Eugénie. Ceux-ci, sous l'Empereur Gallien, arrêtés en tant que Chrétiens, ont été forcés de sacrifier, mais parce qu'ils ne consentirent pas, d'abord tabassés très durement, et à la fin décapités en pair.

Sunday, September 8, 2019

Le préjugé pas limité à Malet-Isaac


Malet-Isaac et la Prusse · Le préjugé pas limité à Malet-Isaac

Je viens de lire Camarades du Front par Sven Hassel. Un certain Mouritz était mal-aimé, car plus ou moins piétiste, puritain, et ainsi de suite, mais on lui faisait un autre reproche aussi. "Le Judas Tchèque qui s'est vendu à Hitler."

En Irlande, la principale frontière ethnique entre Anglais d'Irlande, Écossais d'Ulster et Irlandais, ce n'était pas la langue, mais la religion. Si un homme disait qu'il était Irlandais, il ne voulait pas forcément dire qu'il parlait Gaélique, ou que ceci était sa langue maternelle, mais qu'il était Catholique d'une famille catholique. Une population à la fois indigène et dépriviligié pendant des siècles.

Par contre, en Tchéquie, que ce soit Bohème ou Moravie, se dire Tchèque parlait de la langue maternelle et se dire Allemand aussi. Certes, les Allemands étaient privilégiés, surtout dans les villes comme Prague, mais on pouvait sans trahison devenir Allemand, simplement en apprenant l'allemand. Comme un Irlandais pouvait très simplement avoir certains avantages en apprenant l'anglais, une certaine époque.

Donc, la présence d'Allemands sur le sol Tchèque n'est pas le fait d'une invasion, c'est le fait d'une assimilation avec la bourgeoisie de Prague, qui, certes, débutes comme immigrés allemands, car ce sont les Allemands qui savent faire la ville. Une grande souche des Allemands en Tchéquie était donc des Tchèques devenus germanophones. Parmi les deux langues, on avait les deux religions, Catholiques et Protestants, depuis que la Guerre de Trente Ans avait abouti à des solutions paisibles.

On ne trahissait ni sa religion, ni sa patrie en se faisant Allemand.

La situation était assez pareille en Slovaquie, sauf que là, la population était quasi entièrement des Catholiques.

Et la politique qui changea ceci, c'était un membre du Parti national social tchèque, Edvard Beneš, et un peu avant, un Tomáš Garrigue Masaryk, qui avaient prôné le Tchécoslovaquisme. Dans la alors Tchécoslovaquie, les populations étaient 51 % Tchèques, 16 % Slovakes, 22 % Allemands, 5 % Hongrois, 4 % Rusyns (Ukrainiens occidentaux), et, le Tchécoslovaquisme voulait considérer les Tchéques et les Slovaques comme un seul peuple, et les autres nations comme quasiment des invahisseurs des temps Austro-Hongriens et avant au Saint Empire.

Cette vision était largement ahistorique, si c'était vrai, comment un Ottokar II avait-il pu s'obfusquer de ne pas devenir roi des Allemands, Empereur romain élu? Mais, précisément, les Tchèques et les Allemands en Bohème n'étaient pas deux loyautés en compétition, mais deux "vitesses" sociales d'une même peuple.

Mouritz n'était pas un traître, il était loyal aux temps quand l'Allemand était un bon Bohème, à même tître que le Tchèque.

Ce n'est même pas sûr, de ce que j'ai lu de lui (je n'ai pas lu les autres volumes de Sven Hassel), qu'il était Tchèque plutôt que Sudet-Allemand. Il pouvait être l'un ou l'autre ou parfaitement bilingue.

Et contrairement à ce qui se passait en Prusse, la Bohème n'avait jamais été conquis par des Allemands, il n'y avait jamais eu des massacres de Tchèques, la Bohème avait choisi de s'associer à l'Empire, comme le Texas aux États-Unis, avec moins de conflit.

Hans Georg Lundahl
Paris XI
XIII Dimanche après Pentecôte
et Nativité de la Sainte Vierge
8.IX.2019