Monday, September 18, 2017

Tolkien Week? Hmmm


Tolkien Week is observed as the calendar week containing September 22, which is always observed as Hobbit Day. Tolkien Week 2006 will begin Sunday, September 17 and end Saturday, September 23.


Hobbit Day and Tolkien Week
American Tolkien Society
http://www.americantolkiensociety.org/hobbit_day_and_tolkien_week.htm


I think, this year, I'll have to plead a Swedish or Lithuanian week, Monday to Sunday. Pirmadienis, sekmadienis ... and in school we were taught week days otherwise in Sweden from in Austria.

So, while 2017 has same Sunday letter as 2006, it will be from 18th to 24th. Today, I'll link to a Catholic (?) Priest (?) giving some Catholic (yes!) views on Muslims and Christians.

Where do Muslims and the Muslim religion come from? · Letter to Charlene Law - part 2 · Letter to Charlene Law - part 3 · Letter to Charlene Law - part 4 · Letter to Charlene Law - part 5 · Letter to Charlene Law - part 6 · Letter to Charlene Law - part 7 · Letter to Charlene Law -- part 8 · Letter to Charlene Law - part 9 · Letter to Charlene Law -- part 10 · Letter to Charlene Law -- part 11 and last

God bless some of the Muslims I have met, but I can't say their religion is the true one!

Hans Georg Lundahl
Nanterre UL
St Joseph Cupertino
18.IX.2017

Continuing:

Tolkien liked Roy Campbell, and probably approved of Carlism. So, why not mention a death in connection hereto:

FSSPX News : Suisse : Rembarre a posé sa plume
18 Septembre, 2017
http://fsspx.news/fr/news-events/news/suisse-rembarre-pos%C3%A9-sa-plume-32056


RIP

Hans Georg Lundahl
Nanterre UL
Tuesday, St Susan
19.IX.2017

Friday, September 15, 2017

There are Guys who Think Latin is an Analytic Language


I suggest they try to present Chinese as a Polysynthetic one, while they are at it, bungling language typology!

Do you know what I found? Well, first, what was I looking for? I was looking for "fishing" as in the trade practised by some of Christ's disciples on lake Genesareth. In order to contrast it with agricultura and commercium. I though piscatus could be the word, but wanted an online check to be sure.

You know what was the first hit? Or second after a totally irrelevant wiktionary hit on the Spanish and Italian word pesca, involving both the word for fishing and the word for persica, peach, which involved - unlike the relevant meaning of pesca - a reference to Latin.

Well, here is this second hit:

IDl : How to Say Fishing in Latin
https://www.indifferentlanguages.com/words/fishing/latin


And here is the explanation:

If you want to know how to say fishing in Latin, you will find the translation here. We hope this will help you to understand Latin better.

Here is the translation and the Latin word for fishing:

piscandi

Check out other translations to the Latin language:


Er, no thanks!

Piscandi is not a word, it is a word form. It is not a noun meaning fishing, it is a form of the verb "to fish", and it is the form which is the gerund in the genitive. Here is a way in which you can use it:

Ibamus ad fluvium piscandi causa / intentione.

We were walking toward the river for the sake / in the intention of fishing.

Obviously, you can also translate the latter of the two as:

We were walking toward the river in the intention to fish.

Or even more fluently ... intending to fish.

But the context where I wanted "fishing" was not this one. I said "agricultura est forsan dignior piscatu inquantum securior" commenting on Cicero's words about agriculture. And I said Cicero's preference of agriculture over fishing is doubtful, due to apostles being fishermen, but if it is in any way true, it is because of it being more secure to plow and sow than to throw your nets.

Well, in the sentence I used piscatu. This is a case form of piscatus, which is the noun for fishing, at least that would have been the noun for fishing or for fish catch if Spanish pescado is a good clue, which I hope it is, I did certainly find no better clue on the above site.

Now, if instead I had used "piscandi" I would have been wrong. Why? Piscandi means "to fish". But "to fish" is not translated piscandi in all contexts. The gerund is rivalling with the infinitive.

So here we have a full case declinsion of "to fish", singular only, since activities are no objects which can be counted:

Nominative piscare
Genitive piscandi (!)
Dative piscando (rare)
Accusative a piscare
Accusative b [ad, in] piscandum
Ablative piscando


Which of the forms could I have used to translate "agriculture is perhaps more dignified, since more secure, than to fish"?

I could have used either nominative, which is the infinitive and doesn't look like the gerund, and I could have used the ablative of comparison, I'll give you both:

Agricultura quam piscare forsan dignior, quia securior, est.

Agricultura piscando forsan dignior, quia securior, est.

In the first, but not the second case, I could also put quam piscare after dignior or securior:

Agricultura forsan dignior quam piscare est, quia securior.

Or:

Agricultura forsan dignior, quia securior, est quam piscare.

But using a verb form for the comparison after a noun for the concept taking the comparative is as clumsy (or voluntarily quirky) in Latin as it is in English to say "farming is ...er than to fish" or "agriculture is ...er than to fish". English can use "fishing" not just as a participle, but also as a noun, meaning the second as well as the first can be amended to "than fishing". Latin cannot use piscandi as a noun in the nominative after quam or as a noun in the ablative of comparison. For a noun, comparable to "agricultura" you need a noun, like piscatus.

You can either say "piscatu forsan dignior quia securior" or "forsan dignior quam piscatus, quia securior".

Do you know what the sad thing is? The guys behind the site IDl / InDifferent languages are doing this kind of thing, not just from English, but also from Spanish and from Russian. If they dared to mistreat Russian as much as they do Latin, they would be out of business fairly quickly with this site at least!

A few notes on above, to those not familiar with linguistic terminology. In linguistics, we distinguish two main directions of syntactic-morphological type, analytic and synthetic, with the former relying more on extra words and on word order, the latter more on endings or choice or stem vowels or such. English is more Analytic than Russian. Russian is more Synthetic than English. While Spanish descends from Latin, a documented fact, not just a reconstruction, though the details of the process can be disputed, Spanish is more Analytic and Latin more Synthetic. So, treating "piscandi" as "a word", a unit independent of context which is simply a unit, is treating Latin as an Analytic language which it is not, rather than as a Synthetic language which it is. I suggested, while they were at it, they could also try to present the extreme form of Analytic languages, the Isolating ones, like Chinese, as a Polysynthetic, the extreme form of Synthetic, and the real example of it would be Esquimeau / Greenlandic.

In Latin, the accusative is used both as a direct object and after certain prepositions. An infinitive is good for the direct object but in Latin unusable for accusative after preposition. "Volo" meaning "I want" can obviously take a direct object : volo panem, I want bread. Equally obviously, it can have an action as direct object, and that object is just as much as the subject behind est, an infinitive : volo piscare, I want to fish. To go cannot take a direct object. If I say "let's go fishing", English uses a form which started out as meaning sth like "let us go while we fish" or "let us go and be fishing at the occasion". In Latin it would be "eamus ad piscandum".

However, to express purpose, Latin has after the classical period borrowed a Greek usage, since Greek has no gerund, but uses infinitive for all cases. Hence, we can now, after Caesar, in Christian times, also say "eamus piscare".

But neither Classical, nor now, there is no going "piscandi". There is only an intent of piscandi. The site was simply wrong. Now, I will give them some feedback, and later you can check if they took notice or bungled on with a Latin they certainly are not qualified of mastering.

Or qualified to master.

Hans Georg Lundahl
Nanterre UL
Our Lady of Sorrows
15.IX.2017

PS, feedback submitted.

Wednesday, September 13, 2017

Tradition sur Chérotonie


En réponse à un site Protestant. Duquel sont données les citations du verset qui ne sont ni en grec, latin ou ma propre traduction, ni de Crampon.

Voici ce message blog:

Les anciens : élus par les assemblées ? Désignés par les apotres ?
https://bereenne.wordpress.com/2016/11/01/les-anciens-sont-ils-elus-par-les-assemblees-entieres/


Text grècque, Nestlé Aland:
[Actes 14:]
23 χειροτονήσαντες δὲ αὐτοῖς κατ’ ἐκκλησίαν πρεσβυτέρους, προσευξάμενοι μετὰ νηστειῶν παρέθεντο αὐτοὺς τῷ κυρίῳ εἰς ὃν πεπιστεύκεισαν.

Ma traduction
et ayant pour eux ordiné-par-imposition-des-mains des prêtres en chaque église-diocèse, ayant prié avec des jeûnes (?) et confiaient eux au Seigneur en Lequel ils avaient cru

(ouf, mon grec ancien est vraiment rouillé!)

Vulgate:
[Actes 14:]
[22] Et cum constituissent illis per singulas ecclesias presbyteros, et orassent cum jejunationibus, commendaverunt eos Domino, in quem crediderunt.

Ma traduction
et après qu'ils avaient constitué pour eux en chaque église-diocèse des prêtres, et prié avec jeûnes, ils les confiaient au Seigneur en Lequel ils ont cru.

[avaient = crediderant, et le texte a crediderunt]

(ouf, plus aisé que le grec!)

Crampon:
[Actes 14:]
22 Ils instituèrent des Anciens dans chaque Eglise, après avoir prié et jeûné, et les recommandèrent au Seigneur, en qui ils avaient cru.

Douay Rheims:
[Actes 14:]
[22] And when they had ordained to them priests in every church, and had prayed with fasting, they commended them to the Lord, in whom they believed.

[le texte anglais introduit l'idée plus exacte d'ordination d'après le mot grec pour imposition-des-mains]

Les citations suivantes
sont donc du message blog, auquel je donnai un lien, et probablement le verset n'est pas cité en entier, mais la partie pertinente - je ne cite pas le groupe de traductions protestantes ou œcuméniques qui s'accordent mieux avec la traduction Crampon.

Semeur :
Actes 14:23 ils firent élire des responsables, à main levée

Martin
Actes 14:23 par l’avis des assemblées ils eurent établi des Anciens

Segond 1910 :
Actes 14:23 Ils firent nommer des anciens dans chaque Église

Stapfer 1889
Actes 14:23 Ils firent nommer des Anciens dans chaque Église


Il semble que le mot cheirotonein a un autre sens dans le grec classique, profane, d'élection-par-levée-des-mains.

Notons que ceci exige de prendre χειροτονήσαντες comme "faire élire par levée de mains" plutôt que comme "élire par levée de mains". Ce qui est un usage possible, mais pas le primaire. Si les apôtres avaient eux-mêmes élus les presbytres, à quoi bon procéder à une levée de mains? Mais, nonobstant, levée des mains a été la connotiation retenu par certains Protestants.

Néanmoins, nous avons par la tradition depuis les débuts de l'église, car immémoriale, que dans le contexte des presbytres ici évoqués, des prêtres ou selon certains même des évêques (le Nouveau Testament aurait utilisé "presbyteros" pour évêque et "episcopos" pour simple prêtre, la terminologie se serait inverti après, ce qui explique pourquoi St Jean, certes un évêque, pas juste un simple prêtre, appelle certains ses "syn-presbyteroi"), cheirotonein veut dire ordiner-par-imposition-des-mains.

Comme nous savons aussi par la tradition que le mot Église est davantage une société parfaite - un état pour ainsi dire - qu'une simple congrégation privée, cette fois communément avec l'usage classique.

Vous savez que des clubs ont leur présidents? Que le président d'un club s'appelle en anglais soit "president", soit "chairman"?

Néanmoins, par la tradition des États Unis, nous croyons que les Présidents étaient déjà au temps de Georges Washington des rois électifs à mandat limité à quatre ans, et non des présidents de salons, des chairmen.

Nonobstant que certains clubs à cette époque ont dû appeler leur "chairman" encore "president". Depuis cet usage a été éliminé pour éviter confusion avec la fonction publique.

Comme nous savons aussi par tradition que la lettre A (en majuscule un triangle avec deux points en bas et les jambes prolongées en dessous de la base, en minuscules une autre forme considérée équivalente par convention celle aussi traditionnelle) est un signe pour le son A (le son vocalique avec la bouche la plus ouverte, au moins dans la plupart des langues).

Il est erroné de faire une reconstruction des significations des mots en contrariété avec l'usage traditionnel de l'église.

Notons aussi, la perpétuité de l'Église ne passe pas par le fait que les Albigeois auraient élu leurs clergé par levée de mains, comme ça pourrait être souhaité par ceux qui voient l'Église primitive dans ou par un nuage de protestantisme, car ils utilisaient eux aussi une imposition des mains, certes pas de bonne manière, certes pas comme sacrement valide, mais en donnant au mot "cheirotonein" un sens sacral plutôt que de votes. Un vasselage ou une propagation spirituelle plutôt que la levée de mains des assemblées démocratiques.

Et faire remonter les Vaudois de leur côté aux temps d'avant Constantin, ça serait moins possible maintenant qu'à l'époque des inquisiteurs, qui n'étaient pas trop grands historiens (juste meilleurs que leurs clientèle).

C'est une chose d'avoir une tradition disant "nous remontons à l'église primitive" (et une telle tradition est plus facile à frauder dans une société sécrète comme l'étaient les sectes préprotestantes face à l'inquisition, surtout après que les premiers débuts avaient abouti à très peu sauf aux ou à parmi les prémiers bûchers et qui étaient lynchages probablement parce que n'ayant pas cette fausse tradition - elle pourrait aussi remonter comme simple copie collée de la tradition catholique, dans laquelle cette affirmation est vraie), et une autre chose de prouver par ses traditions qu'on a effectivement des traditions de chaque siècle depuis l'église primitive, sur tel Augustin de Hippone ou sur tel autre Augustin de Cantorbéry, sur telle conversion des Irlandais et telle autre des Anglo-Saxons. Telle conversion par un missionnaire lié à un monastère, telle autre conversion par un missionnaire lié à la papauté.

Donc, le fait que la tradition peut être contrefaite ne contredit pas qu'elle demeure le critère le plus fiable.

Mais évidemment, il y a un problème dans la solution, autrement les Protestants mêmes n'auraient pas cherché une autre.

Si les Apôtres élirent et ordinèrent des prêtres, qui avait ce pouvoir après le décès du dernier apôtre, qui se chargeait même de ça en leur vivant mais en leur absence?

La solution est là pour ça aussi, mais elle n'est pas très bienvenue parmi les Protestants : c'étaient des évêques ordinés ou consacrés par les apôtres, qui donc en sont les successeurs. Cette solution n'est pas bienvenue parmi Protestants, car elle les condamne : ils n'ont pas des évêques consacrés en ligne droite depuis les apôtres. Leur rites - dans les cas qu'on garde même le nom d'évêque, comme pour Anglicains, Luthériens, Méthodistes et Moraviens - sont considérés comme frelatés, comme incapables à conférer l'épiscopat.

Nous prenons la traditionalité des rites (et la continuité des lignés dans cette traditionalité des rites) avec tellement de sérieux que certains de nous ne considérons même pas que les nouveaux rites après Vatican II sont capables à produire des vrais évêques. André Vingt-Trois, catholique selon Vatican II, sacré en 1988 ne serait donc pas un évêque, pas non plus que Landesbischoff Friedrich Otto Coch, luthérien (et "chrétien allemand" ou national-socialiste), installé en 1933 dans une "église" qui n'avait déjà pas d'évêques depuis sa séparation des diocèses de Dresde et Meissen suite au prêche néfaste de Luther.

Hans Georg Lundahl
BU de Nanterre
St Philippe d'Alexandrie
13.IX.2017

Bonne Science Fiction dans le Monde de Narnia


Cette pensée fut déjà partagée sur le Forum Narnia France:

Livres Narnia : Bonne science fiction dans le Monde de Narnia
sur Narnia France
http://www.lemondedenarnia.com/forums/view_topic.php?forum=11&topic=6570


Et la voici:

J'ai un exemple, d'autres seraient bienvenus.

Dans la trilogie cosmique, il est possible que le premier livre faisait une bourde en peignant tout le système solaire comme illuminée par le soleil et donc radieux. Car, dans le vide, il n'y a pas de diffraction.

Le bleu du ciel vient de diffraction aussi, mais d'une diffraction particulière. Une étoile rouge qui ne produit pas ou peu de lumière bleue ne va pas donner un ciel bleu.

D'où le ciel presque noir, malgré le fait qu'il est jour, quand Digory et Polly arrivent à Charn.

J'imaginais qu'il avait fait un bobard en d'abord peignant le jour comme très sombre et ensuite permettre aux enfants de regarder des vêtements colorés dans la salle ... non, il y a un mention qu'il était plus lumineux qu'ils avaient cru.

Donc, en pleine lumière de jour, si la lumière bleue manque, alors le ciel va paraître très sombre. Ce qu'il a aussi exprimé pour le monde de Charn.

Avez-vous d'autres exemples?/HGL

Saturday, September 2, 2017

Chesterton à l'Institut Saint Pie X


Je viens de voir que Via Romana vient de traduire un chef-d'œuvre de Chesterton. C'est en numéro 330 du Chardonnet, bulletin paroissial de St Nicolas du Chardonnet, pour juillet, août et septembre cette année.

Via Romana, si ce n'est pas connu, c'est un des éditeurs connexes à Saint Nicolas du Chardonnet, à l'Institut Saint-Pie X, ici avec l'aide de 17 étudiants de l'institut. En parlisant un passage que j'avais lu en anglais des années avant, je m'en doutais de fautes de traduction, mais il n'était pas là où je le cherchais. Voici une trouvaille:

"What sort of holy cause is it to inherit from our ancestors, that we should go on hating something and being consistent only in hatred; being fickle and false in everything else, even in our reason for hating it?"


Traduit par Via Romana:

"Quelle cause sainte n'avons-nous pas héritée de nos ancêtres : continuer à haïr quelque chose et demeurer cohérent uniquement dans le fait de le haïr, en ayant tort en tout point, y compris dans la raison de notre haine!"


Ma prétention d'améliorer:

"Quel genre de cause sainte est-ce que nous avons héritée de nos ancêtres : continuer à haïr quelque chose et d'être cohérents avec nous mêmes uniquement dans la haine; d'être infidèles et inconsistants en toute autre chose, y compris dans nos raisons successives de le haïr?"


Il y avait un autre endroit où j'avais prévu de corriger la traduction, mais je me rends compte qu'alors j'aurais corrigé l'auteur lui-même : il identifie vraiment, avec une liberté poëtique de l'histoire des protestantismes, que les sectes américains SONT un protestantisme qui a existé depuis alors 3 et maintenant 4 siècles. Elles en sont les héritiers, et celles qui sont en place maintenant sont héritiers de ceux qui étaient là il y a cent ans, pas simplement identiques.

Mais c'est vrai que le protestantisme très gaudy des sectes américains, parfois, carre mal avec le protestantisme assez sombre et sobre de la Réforme. En quelques détails, il carre mieux avec le Catholicisme, notemment celui de Saint Alfonse Marie Liguori, de Saint Jean Eudes et semblables.

Un représentant helvétique de ce courant, Kim Clement, avait davantage en commun avec les Hébreux ayant fait une imparfaite conversion, au Christ, mais pas à sa vraie église, et une de ses prophéties (quel que soit leur statut théologique, l'église ne s'est pas prononcé que je sache) fait mention du "Cœur de Dieu". À toute évidence, le Sacre-Cœur.

Un de ses admirateurs, un américain, ex-voleur, Trey Smith, a lu un passage du livre de Hénoch, qui ressemble très fortement au passage Stabunt Iusti avec une suite qui indique le Purgatoire : quand les ex harceleurs se confessent stupides, les justes prient pour eux et ils sont sauvés. Donc, il y a une autre confutation que celle définitive des maudits - ce que nous appelons le Purgatoire. Ce que je lui ai indiqué dans un commentaire sous la vidéo, et sur quoi je n'ai pas eu de réponse.

Il y a eu un époque quand un Luthérien, Calviniste ou Anglicain aurait conspué le culte au Sacré-Cœur comme sentimantalité romanisante et le Purgatoire comme une invention des papistes. Et ils y sont encore en quelque forme dans ce train train, donc, toute secte américaine n'est pas leur homologue exacte. C'est à dire, en certaines choses, ces sectes sont mieux qu'eux.

Bon, pour reprendre Via Romana, c'est bien de traduire un livre de Chesterton. Continuez! Après The Thing, pourquoi pas The Well and the Shallows*? Après ça, les livres de voyage : Irish Impressions, The New Jerusalem, What I Saw in America, The Resurrection of Rome, Christendom in Dublin, New London and Newer York.

Et, très à propos: The Superstition of Divorce. Pas moins à propos : Social Reform vs. Birth Control.**

Un petit bémol. Les 17 étudiants de l'Institut ont fait la traduction comme exercise en "l'esprit de cohésion, la maîtrise de la langue, le sens de l'entreprise, les habitudes du travail et la joie d'un dessein ambitieux et digne de la recherche universitaire".

Je ne propose nullement qu'on aurait pu faire au lieu de cet opus une collection de mes essais, je propose qu'on aurait pu le faire aussi. Sinon les étudiants, d'autres, ou d'amis avec des talents égaux aux leurs. Et encore, on vient de me dire que la paroisse est riche en postes clefs pour les éditions, c'est à dire des éditeurs déjà professionnels. Et ça fait déjà depuis 2009, ou depuis le début de 2010, on ne l'a pas fait.

Quant aux habitudes de l'ouvrage - je ne considère pas les œuvres intellectuels comme tripalium - je suis quasi un modèle. Pour ceux qui m'ont vu d'à côté, aux ordinateurs d'une bibliothèque. Et quant au sens de l'entreprise, ça me paraît un peu timide de ne pas le faire quand on a des moyens de le faire à échelle commerciale, comme je le fais moi-même, soit gratuitement par l'internet, soit en échelle domestique - donc aussi pas très commerciale - n'ayant pas de local de stockage.

J'aimerais pas que ce soit un exercice de cohésion avec des éditeurs à Saint Nicolas qui aiment exercer leur oligopole pour m'exclure de la fructification de mes talents? Si mes conditions*** leur semblent peu claire, ça ne parle pas de maîtrise de la langue. Mais je pourrais clarifier, si la question est posé par internet. J'ai un peu marre de réponses purement orales qui sont tellement vagues que je n'ose même pas me fier à ma mémoire pour le texte, tellement peu mémorisables. Aidez les écrits de Chesterton à trouver des lecteurs - et les miens aussi, s'il vous plaît!

Hans Georg Lundahl
Paris XI
St. Étienne de Hongrie
2.IX.2017

* Il y a des passages dedans qui gêneraient peut-être des National-Socialistes ayant quelque accès à la paroisse, mais, j'aimerais imaginer qu'ils ne contrôlent pas la paroisse toute entière. ** Si vous croyez dans le divorce, pourquoi croyez-vous alors dans le mariage? Ou dans les contrats de tout? Si la prévention des naissances est licite, quel genre d'épargnes peuvent faire alors les patrons, les syndics d'immeubles, les politiciens ....? Chesterton argumente, comme il faut, que le mariage est un contrat liant avec finalité très licite et que les réformes sont mieux que les ... bon, comment on préfère appeler les moyens néfastes pour un but néfaste.

*** hglwrites : Conditions d’utilisations ultérieures …
https://hglwrites.wordpress.com/conditions-dutilisations-ulterieures/