Monday, June 26, 2017

What Has the Church Done About Pederasts in the Past?


While I am accepting Pope Michael, I also like the claimant called Boniface X.

He has a site with plenty of good material, which plenty of people not accepting him as Pope could without qualms spread, despite considering his claims as erroneous.

I found some goodies today.

Scientists Executed by the Catholic Church
http://www.unamsanctamcatholicam.com/component/content/article/79-history/596-scientists-executed-by-the-catholic-church.html


Now, his conclusion is:

In none of these cases was a man put to death or imprisoned merely on account of his scientific ideas; in most cases, these people were punished for theological heresies, or for political actions or financial reasons.


He omits Galileo from the list. He was imprisoned for ideas then considered hererical and now considered by many scientific. Imprisoned, but treated well. And thank God, he seems to have converted.

Now, one item which is on the list is on the other hand Cardano.

Cardano always suspected his elder son's execution was pushed by his professional rivals and fled Pavia, not only due to his professional difficulties but due to allegations of sexual impropriety with students. The Inquisition arrested him in 1570 but he was imprisoned only very briefly. He was released upon renouncing his professorship, which seems to have been the aim of his enemies. After his release, he was employed by Gregory XIII and given a lifetime annuity to compensate him for his difficulties.


In those days, men could start university at 15. Women were absent from universities. This would give you an idea of what "allegations of sexual impropriety with students" could mean, and the Church found it good enough when he accepted to have no more students.

Note, in these days any cleric offending in homosexual (including pederastic) ways, even less than full sodomy, was deposed from his office. Seminarians and novices were simply thrown out of where they were entering religion, and probably could marry if they wanted, while those who had made vows of chastity which could not be dispensed with were required to stay chaste in the world.

This contrary to a rumour that the pedophile crisis has been going on for centuries with Church criminally sheltering offenders.

Hope this doesn't disgust you from using Cardano's useful discoveries, as Tolkien said about such things, a man's soul is not perverted in all nooks and crannies just because he is a pervert, he can still do some pure things through corners of his mind remaining pure, sane, serene. And that would at least as much go for Cardano's mathematics as for Oscar Wilde's Ghost of Canterville or Importance of Being Earnest.

If you have a prayer left to pray today, keep Oscar's soul in your prayers!

Hans Georg Lundahl
Nanterre UL
Sts John and Paul of Rome
Martyrs under Julian*
26.VI.2017

* Romae, in monte Caelio, sanctorum Martyrum Joannis et Pauli fratrum, quorum primus erat praepositus domus, secundus primicerius Constantiae Virginis, filiae Constantini Imperatoris, et ambo postea, sub Juliano Apostata, martyrii palmam, caedente gladio, perceperunt.

Tuesday, June 20, 2017

Comment savons-nous l'histoire primordiale?


Φιλολoγικά/Philologica : Comment savons-nous le Moyen Âge? · New blog on the kid : Refaire le péché d'Adam n'est pas une brillante idée · Φιλολoγικά/Philologica : Comment savons-nous l'histoire primordiale?

Si quelqu'un vient de lire "Refaire le péché d'Adam n'est pas une brillante idée", il pourra avoir l'idée que j'imagine que l'histoire est l'apanage de Dieu seul à révéler, que donc il est quelque part une répétition du péché d'Adam de vouloir avoir de la sûreté rationnelle sur ces faits.

Que nenni!

Au contraire, utiliser les méthodes telles quelles comme elles donnent une chronologie anti-biblique est le péché d'Adam parce que ce n'est pas un procédé rationnel pour le savoir. Comme de manger dans le fruit interdit aussi était un procédé irrationnel. La faculté morale était déjà là, sur pas mal de choses Adam savait déjà ce qui était bien et au moins pour une chose ce qui est mal, la solitude (quelques heures en "compagnie" d'animaux, rien que pour leur fournir de noms, un peu potache de la part de Dieu avant qu'il eût Ève!).

Pour des choses qu'Adam ne connaissait pas, il pouvait demander à Dieu.

Manger dans le fruit interdit était un raccourci, à peu près comme l'astrologie ou la chiromancie (si la numérologie entre ici, je suis divisé, au moins pas toute numérologie, voir Mathieu 1:17 et Apocalypse 13:18).

Si je donc considère comme un procédé irrationnel de vouloir savoir l'âge du monde par potassium argone ou en supposant que le taux de carbone 14 était le même à l'époque des douze à El Sidrón que de nos jours, qu'ils vivaient donc il y a par exemple 48 400 ou 40 840 ou 49 200 ou 37 300 ans, on se pose la question sur quel procédé je prendrais une quelle-conque position sur leur âge réel.

Bon, je viens déjà de dire là-dessus quand au Moyen Âge : l'histoire.

C'est vrai, nous avons pas mal davantage de documentation sur le Moyen Âge que sur les premiers hommes.

Mais le peu de documentation que nous avons, il y en a.

La Genèse est la Parole de Dieu, mais même en ne pas étant telle, le récit de la Genèse est assez central entre les autres récits ancestrales sur les premiers hommes et assez unique dans la transition détaillée entre les premiers et l'histoire déjà en train de se dérouler au continu.

L'histoire des Hébreux n'a pas de points obscurs sur toute la ligne entre Abraham et les temps de Hérode - quand naît Notre Seigneur. Donc, Abraham est pour les Hébreux à peu près ce que Romulus est pour les Romains. Je ne me range absolument pas avec des négationnistes récents qui refusent de croire l'existence historique de Romulus et Remus, l'histoire romaine commence avec eux, les explications surnaturels à propos eux peuvent être démoniaques ou des rationalisations de l'époque, donc, Rome a eu sept rois avant la République.

Et Tite-Live nous livre un tableaux tout aussi ininterrompu entre Romulus et les temps récents (avec la différence que chez lui il y a des livres qui manquent) que les textes hébreux pour les temps entre Abraham et Notre Seigneur.

Juste, Romulus est quelques générations après la Guerre de Troie, qui a lieu quand Éli est Souverain Prêtre et Juge, ce qui est déjà des siècles après Abraham (430 entre la promesse quand il a 75 ans et l'Exode, encore des siècles entre l'Exode et Éli. Mais ce qui est remarquable pour une figure tellement primordiale dans une histoire nationale, c'est que les antécédents d'Abraham ne remontent pas juste quelques siècles à une autre histoire nationale (la Guerre de Troie faisant partie de celle de la Grèce antique), mais en arrière en avant les nations et aux premiers hommes. Romulus remonte à Anchise, dont l'histoire amoureuse avec une déesse est à prendre au figuré, selon nous les Chrétiens (n'en déplaise pas aux Païens). Mais Anchise n'est pas Deucalion. Il ne remonte même pas à Deucalion, la preuve, il remonte à Dardane ... qui aurait survécu au Déluge parallèlement à Deucalion. En nageant.

Il est davantage vraisemblable que les Grecs ont perdu pas mal de générations entre le vrai Déluge et la Guerre de Troie. Notamment, ils omettent les Hittites, qui pourtant ont existé, on sait par les lettres de Tell Amarna que Paris, fils de Priame, était contemporains de quelques Hittites, il en était le vassal. Mais la légende grecque n'en dit rien.

De permettre à Dardane de survivre au Déluge en nageant, en plus d'être un démi-dieu, me paraît une rationalisation du pourquoi les ancêtres d'Anchise ne remontent pas à Deucalion (sur la ligne patrilinéaire, au moins). Au moins, c'est honnête de la part des Grecs de ne pas avoir faire remonter des particuliers à Deucalion dont la lignée était déjà offusquée. Les fils de Deucalion seront des nationalités grècques - un peu comme les petit-fils de Noé seront des nationalités, mais alors non-hébreux (les Hébreux remontant un peu plus récemment, Héber étant arrière-arrière-petit-fils se Sem, à en croire la LXX, ou un arrière de moins selon la Vulgate qui omet Caïnan entre Arphaxad et Séla).

La Genèse mène davantage en arrière et donne davantage de détail géographique dans son 10e chapitre que les mythes grecques ou que la descente de Romulus d'Énée.

De l'autre côté, les mythes d'Égypte ou de Babylone donnent l'impression que pas juste la Grèce mais aussi les Hébreux ont une chronologie trop courte - jusqu'à ce qu'on se rende compte que les longueurs de leurs histoires avec les 40 000 ans pour Égypte (comme Cro-Magnon en Europe selon la datation carbone 14 sans révision créationniste) ou comme des centaines de milliers pour Babylone (comme l'humanité selon les datations potassium-argone tout court) sont principalement des listes de noms. Et des règnes. Quasi sans contenu. Et avec une longévité qui est au moins dix fois plus grande que celle des patriarches de la Bible d'avant le Déluge, donc moins crédibles.

Un Païen éclairé et cosmopolite qui se demandait quel paganisme lui pourrait fournir les meilleurs moyens de savoir le passé du genre humain devrait être quelque part étonné de voir que c'est probablement (même pour lui qui n'y prête pas l'inspiration du seul vrai Dieu) la religion des Hébreux.

Il y a des problèmes pour calibrer la montée de carbone 14 de manière à concorder avec la Bible, et je ne crois pas y arriver très bien sans la LXX ou la version Samaritaine pour les patriarches entre Déluge et Abraham. Mais je crois y être déjà à peu près arrivé.

Quand à Abraham lui-même, ses temps devaient prouver qu'il y a eu une montée de carbone 14. Il vivait à partir de 2015 avant Jésus-Christ, il assistait en env. 1935 avant Jésus-Christ à la guerre décrite en Genèse 14. Dedans il y a des indices qui pointent vers une datation carbonique de 3400 ou 3200 avant Jésus-Christ. Les Élamites sont encore et déjà une nation indépendante - par exemple l'époque proto-élamite, datée approximativement de 3100 à 2900. Les Amorrhéens vivent en un endroit qui est ... "Genèse 14:7 Puis, s'en retournant, ils arrivèrent à la fontaine du Jugement, qui est Cadès, et ils battirent tout le pays des Amalécites, ainsi que les Amorrhéens qui habitaient à Asason-Thamar." ... "II Chroniques 20:2 Des messagers vinrent en informer Josaphat en disant : ' Une multitude nombreuse marche contre toi d'au delà de la mer Morte, de la Syrie, et voici qu'ils sont à Asason-Thamar, qui est Engaddi '." ... qui est donc Engaddi (merci à Osgood pour le rapprochement!). Et là, on a à faire du chalcolithique. Mais l'âge de bronze commence en Proche-Orient en "3300 avant Jésus-Christ" (date carbonique). Donc, au plus tard dans l'archéologie, Abraham devait avoir vu l'année dite "3300 avant Notre Ère" par les archéologues. Ceci donne 1400 ans de trop, et si un os d'Amorrhéen en Engaddi aurait été daté à son décès déjà à vieux de 1400 ans, ça veut dire que le taux de carbone 14 était à 84,421 % du taux actuel, comme les objets organiques qui nous proviennent du 7e Siècle Anno Domini.



De l'autre manière, les 12 d'El Sidron, je les considère comme antédiluviens, et les Néanderthals comme une population adamique et humaine d'avant le Déluge, disparue par celle-ci. Et puisque 40 000 ans moins 4974 ans font 35 026 ans, le taux au Déluge devait être de 1,45 % du taux actuel. Et le temps entre Déluge 2957 avant Jésus-Christ et Abraham contemporain aux Amorrhéens à Engaddi en 1935 avant Jésus-Christ étant de mille ans, le taux a entre temps pu monter de 58 fois le taux initial ou de 83 unités des pour cent de notre taux. Ce qui est drastique, très différent des conditions de nos jours, mais ce qui est physiquement possible sans un désastre nucléaire majeur.

Donc, la Genèse a davantage de détail aride généalogique que les Grecs, davantage de détail intéressant et humain et probablement génuine que les Babyloniens et Égyptiens et il ne contredit pas une récalibration des datations carboniques que je trouve possible. Si je n'étais pas déjà Chrétien, je le considérerais comme une option, déjà à cause de ça.

Oh, encore une chose. Le miraculeux existe. On ne nie pas une histoire juste parce que contenant un miracle. Si un miracle est attribué à une divinité païenne, alors le miracle est mal attribué ou il provient des ruses du diable. Numa Pompilius a dû recevoir les mancies de la ruse du diable, en croyant qu'Égérie était une nymphe, une déesse. Rome ou Grèce protégée en telle ou telle bataille par des faux dieux a été Rome et Grèce protégées par la Providence du vrai Dieu. Un païen serait bien-sûr capable d'inverser l'opération mentale, mais il aura du mal à expliquer pourquoi la Genèse colle si bien et les histoires païennes si mal.

Hans Georg Lundahl
BU Nanterre
Pape St Silvère
20.VI.2017

Monday, June 19, 2017

Comment savons-nous le Moyen Âge?


Φιλολoγικά/Philologica : Comment savons-nous le Moyen Âge? · New blog on the kid : Refaire le péché d'Adam n'est pas une brillante idée · Φιλολoγικά/Philologica : Comment savons-nous l'histoire primordiale?

Nous n'avons pas des témoins vivants, comme pour la Deuxième Guerre Mondiale ou récemment pour la Première aussi:

Libération : Lazare Ponticelli, le témoignage du dernier poilu
Par Marc QUATTROCIOCCHI et Johana SABROUX — 5 août 2014 à 12:00
http://www.liberation.fr/societe/2014/08/05/lazare-ponticelli-le-temoignage-du-dernier-poilu_1075743


Comment, alors?

Prenons par exemple les actes de guerre. Supposons que nous étudions un texte sur la Battaille de Normandie, en "D-Day". Est-ce qu'on aurait pu écrire un faux texte avec des chevaux et des épées ou arcs et flèches? Non. Tout le monde sait que ces modes de bataille étaient démodées en ce temps là, la dernière bataille en Europe à se dérouler avec cavalarie étant quelques ans juste avant la cavalerie polonaise qui perd contre les tanks allemands en 1939.

Et pouvons nous croire que le texte ne soit pas vrai, qu'on l'ai faussé? Non plus, on a des vivants qui ont encore la mémoire que ces choses se sont passées. Et on a d'autres textes qui disent la même chose, et aucun qui dit le contraire, que les Allemands aient soutenu et qu'ils aient été victorieux, à moins qu'il s'agit des romans de "l'histoire alternative".

Donc, on pourra un jour même sans les témoins encore savoir que les Allemands aient perdu en Normandie 1944.

Le pourra-t-on vraiment? Ne pourra-t-on pas mettre en doute ces textes une fois que les témoins sont morts?

Non, pas vraiment, car on saura que les textes étaient déjà là avant cette situation, que ça aura été assez difficile de les changer après les Lazare Ponticelli de la II Guerre Mondiale.

Et de même pour les fusillades le 26 mars 1962, on ne pourra pas vraiment prétendre que la fusillade n'aura pas eu lieu, même pas après que les derniers témoins soient morts.

Donc, on a ce même genre de sécurité pour le passé aussi.

Certaines choses ont à l'époque qu'ils se passaient été trop bien vérifiées pour avoir été en doute. Et ils ne deviennent pas douteux après non plus, à moins de vérifier un moment donné quand une tradition ait pu naître du néant, de la pure invention : comme le passé des Franc-Maçons entre Hiram Abbiff et la loge d'Anderson en 1717, comme les Américains qui vivent le "Troisième Testament" qu'est le livre de Mormon.

L'un a très bien pu être inventé par la loge d'Anderson, et l'autre de Joseph Smith, comme romancier, un peu comparable avec Tolkien en Silmarillion, sauf que le professeur anglais ne prétend pas qu'il s'agisse de faits.

Pareil pour les choses à croire. Si un homme du futur lira Darwin, Dawkins et Henry M. Morris et Kent Hovind, il pourra savoir que dans le XXe Siècle il a eu un débat entre évolutionnistes et créationnistes, et que pendant au moins la seconde moitié du siècle en Occident les évolutionnistes étaient majoritaires.

Darwin écrit comme proposant une nouveauté, mais il est bien avant les autres. Dawkins écrit comme en défense de cette nouveauté. Morris et Hovind écrivent comme attaqueurs de cette nouveauté. Et attaqueurs qui savent que cette nouveauté est déjà acceptée par le grand public. On peut des écrits d'un homme conclure ce qu'il croyait et aussi comment il savait que ses contemporains se positionnaient vis-à-vis ça.

Donc, pareil pour le Moyen Âge. On peut savoir que l'idée que l'Univers était éternel comme Dieu était connue en 1276, et qu'elle était condamnée par l'évêque Étienne II Tempier de Paris. On peut également savoir que St. Thomas d'Aquin croyait cette idée de fait erronée, mais ceci ne pouvait qu'être cru par la Bible qui dit "au commencement", car Dieu aurait également pu choisir de créer pendant une éternité sans début ni fin. Et on peut savoir que St. Bonaventure n'était pas d'accord, qu'il pensait que la nature même du temps impliquait qu'il avait un début, comme les nombres débutent en 1. Qu'on pouvait donc prouver que le monde n'était pas éternel. On n'a plus les textes minoritaires qui prétendaient que l'univers soit éternel, car ils ont été détruits. Mais les contradictions par Sts Thomas et Bonaventure ("non, car la Bible", "non, car même la raison") et la condamnation par l'évêque de Paris existent encore et peuvent être lus, soit par ceux qui lisent le latin, soit si on a une traduction.

Donc, quand je dis que la bataille de Hastings fut une conquête par les Normands en Angleterre sous Guillaume de la Falaise contre Harold Godwinson, ou que Boèce de Dacie prétendait le monde éternel, il ne s'agit pas de reconstructions (ni même pour cette deuxième chose, car il y a encore contrairement à ce que j'imaginais, le De aeternitate mundi, in Boethii Daci Opera, VI.2, 1976, p. 333-366), il s'agit de faits historiques sachables à peu près comme nous savons le passé récent.

Comparer la connaissance historique de l'histoire à la "connaissance" du passé pratiqué par la reconstruction évolutionniste (par exemple des dizaines de milliers d'années du paléolithique, avec des outils en pierre uniquement, ou bois ou corne, de l'économie incomplète et de l'art assez extraordinaires dans leur conservatisme par rapport à la réalité que nous connaissons de l'histoire) est erronée. La "science" ne peut pas nous donner une certitude sur le passée pareille à l'histoire. À moins qu'il s'agisse de choses qui restent toujours pareils. En 1401, l'Angleterre était fort plus intolérant vis-à-vis les Lollards que de nos jours, mais l'eau a bouilli à 100° C et les midis ont été distants de 24 heures, comme maintenant.

Et les masques en tête d'oiseau des docteurs qui s'occupaient de la peste ont dû fonctionner pas grâce à la théorie alors à la mode, que la peste se transmettait par mauvais odeurs, mais grâce aux mêmes choses qui rendent les masques d'hygiène de nos jours une protection : l'air passe, les bactéries non.

Hans Georg Lundahl
BU de Nanterre
Ste Julienne Falconieri
19.VI.2017

Thursday, June 15, 2017

On Corpus Christi, a Feast from Middle Ages (link)


Modern Medievalism : Corpus Christi: a medieval feast for modern man
http://modernmedievalism.blogspot.com/2017/06/corpus-christi-medieval-feast.html


To read any secular historian's account of how the feast of Corpus Christi came into existence, you'd be forgiven for thinking it was all centered around a quaint belief system not seen for hundreds of years. And yet, despite the passage of time, nothing has changed. The Catholic Church, whether in the 13th or the 21st century, has consistently taught that, at the words of a validly ordained priest, mere bread and wine are transformed into the incarnate God: Jesus, not symbolically, but truly present in our midst to be worshiped and consumed.


Bonus : one of the images is from Philadelphia./HGL