Saturday, May 5, 2012

Dante appelait les Occitans Ladins!

Charles Camproux* cite De Vulgari eloquentia. Il sort avec l'impression que Dante appelle les Occitans Yspani.

Non.

Page 17 il cite:

...quant au reste de l'Europe une troisième langue le tient tout entier, bien qu'à présent elle semble elle-même "triparlière" : car certains pour affirmer disent oc, d'autres oïl, d'autres si, comme font par exemple les Yspani, les Franci, les Latini.


De la suite Charles Camproux analyse que Dante aurait pour quelque raison opaque appelé les Occitans Yspani, et oublié les espagnols. Mais c'est biensur "par exemple les Yspani" (mais aussi les Florentins, les Siciliens, les Romains) qui disent si, tandis que les Francs disent oïl et les "Latins" disent oc. Les ordres sont a, b, c - C, B, A - il donne un chiasme, il donne deux séries non en parallèle mais en miroir. Le mystère pour les Occitans appelés Yspani s'évanouit donc, car ce sont les Espagnols que Dante appelle Yspani. Pourquoi est-ce que Dante appelle les Occitans Latins? Assez probablement, il les appelle Ladins. Il parle d'une Occatanie de Catalogne, par Occitanie Française et Nissarde, jusqu'en Suisse Romansche et les dialectes Ladins de Frioule, peut-être aussi avec l'Italien du Nord, les Piémontais.

Que les Ladins de Frioule disent Oc ou autre chose, c'est assez claire que leur langue est plutôt Occitane qu'Italienne. Donc, il nomme les Occitans après les Occitans les plus proches, les Ladins, et de la suite il dénomme la différence des "Ladins"=Occitans par la majorité des Occitans="Ladins" qui disent effectivement Oc.

Il aurait pu, en parlant, utiliser le u prononcé comme en français ou comme en italien (et alors il comptait les Catalans comme Yspani) comme l'une des isoglosses, celle entre oc et si, et l'autre ... les diphthongues de l'ancien français avec la disparaison des dentales intervocaliques par exemple entre oc et oïl - mais cela disparait quand on stylise chaque mot dans sa forme classique (Ladins=Latini) et les différences phonétiques sont moins faciles à montrer dans l'écrit, surtout en absense de l'écriture phonétique. D'où l'interêt de trouver un critère alternatif, dans un choix de mot.

Mais biensûr quelqu'un a déjà découvert tout ça? Non?/HGL

*Les Langues Romanes, collection que sais-je? Presses Universitaires de France, 1974

Mise à jour: Biensûr l'Occitan ancien avait suffisemment de diphthongues aussi pour que la présence des diphthongues en français soit une mauvaise isoglosse a moins d'avoir quelque connaissance approfondie des détails (le pied/lo pé): s'il avait choisi à l'oral une prononciation plutôt qu'un choix de mot, pour la langue d'oïl il aurait pris plutôt le nivellement des voyelles finales - e féminin ou aucune étant les seules alternatives pour une voyelle ancienne.

1 comment:

Hans-Georg Lundahl said...

Parallèle vs chiasme:

a, b - A, B (parallèle)
a, b - B, A (chiasme)

a, b, c - A, B, C (parallèle)
a, b, c - C, B, A (chiasme)