Wednesday, September 12, 2012

Le baltoslave et le germanique se valent, non?

Pour Hilaire Belloc, chantre de l'Entente Cordiale si en fût, et de Rome, les langues et tribus baltoslaves et germaniques n'étaient qu'un continuum assez flou, originairement de barbarie. Mais il y a des faits qui ont pu prêter à cette confusion, pour absurde qu'elle soit pour un linguiste. En letton on a pas mal des emprunts de l'allemand, puisque les Chevaliers de l'Épée étaient d'origine allemande:

Herzogtum Kurland und Semgallen
Kurzemes un Zemgales hercogiste


Quand au Sorabe, pas mal de leur toponyme passent en allemand: Lipsk devient Leipzig, Budyšin Bautsen, Chóśebuz Cottbus, et ainsi de suite. Et la région, Łužyca devient Lausitz. Même Berlin est un mot slave. Et dans les années formatives de Belloc, le si-dit-Empire prusso-germanique (usurpant les droits impériaux de l'Autriche qui était resté catholique et traditionnelle) comprenait encore des endroits dont les noms allemands en cachent des noms baltes ou slaves: Danzig ou Memel.

En plus le tribu des Hérules, réputé germanique et s'ayant en parti fondue dans une région suédoise (Wärend en Smaalandie) semble à une époque avoir parlé une langue balte. La prière dominicale en hérulien ne commence pas avec "fader unser/our/vor" ou quelque chose comme ça, mais avec "tewe musu" comme en lithuanien. Mais pour celui qui parle une de ces langues, par exemple le suédois en comprenant déjà avant d'apprendre pas mal en hollandais ou en allemand et presque tout en danois écrit, c'est embêtant d'être pris pour quelqu'un du groupe slave ou balte, dont on comprend miettes - grace à sa culture plus ou moins linguiste plutôt qu'à sa langue.

Et pourtant, pour les francophones ce préjugé est assez encré. Temoin: la langue syldave inventé par Hergé est censée être parlé par un peuple slave, mais elle est très proche du Marrols, un dialect très populaire du flamand parlé à Bruxelles. Et, malgré ce préjugé, on lit volontiers Belloc ou Hergé. Mais c'est après avoir appris le français assez soigneusement un peu embêtant de se voir cantonné avec des Russes comme si on avait plus en commun avec eux qu'avec les français. Ils sont gentils (malgré leur préjugés souvent antilatins), mais s'ils ne parlent pas l'anglais c'est difficile de parler avec eux.

Hans-Georg Lundahl
Paris
St Nom de Marie
12-IX-2012

Mise-à-jour:

Les langues nordiques sont germaniques, non slavones ni baltes

"Bon soir"
GermaniqueBaltoslave

Suédois
God afton, god qväll
Danois
God aften
Norvégien
God aften
Allemand
Guten Abend
Néerlandais
Goeie Avond
Anglais
Good Evening

Lithuanien
Geras Vakaras
Polonais
Dobry Wieczor
Croate
Dobar Vakar (?)
"un grand lac"
GermaniqueBaltoslave

Suédois
En stor sjö
Danois
En stor sø
Norvégien
En stor sjø? sø?
Allemand
Ein großer See
Néerlandais
Een groot zee (?)
Anglais
A great lake

Lithuanien
Didelis Ezheras
Polonais
?... Jezhór
Croate
? ?


Pour le Polonais, j'ai oublié comment dire "grand". "Bolszy" veut dire "plus grand" - comme les mots en -szy sont généralement des comparatifs. Pour le Croate, je n'ai même pas idée comment se dit lac. Pour le Croate je ne suis même pas sûr que "vakar" est "soir. Mais "dobar" est bien "bon", comme aussi "dobar dan"="bon jour". Quand au "zh" en Lituanien et Polonais, ce n'est pas comme ça qu'ils écrivent le son - c'est celui de "j" en français. Le "j" en Polonais par contre est un iod, comme y en français.

Pour "grand" les langues nordiques ont "stor", mot inconnu ailleurs en langues germaniques. La forme nordique pour groß / groot / great serait gröt / grød / grøt - mais ça veut dire bouilli, porridge. Et pour l'anglais certainement et le hollandais peut-être aussi la forme "sea" (hollandais "zee") veut dire "la mer". Alors, je ne sais pas si les hollandais disent "een groot meer" plutôt - mais en Allemand c'est "ein großes Meer" qui serait quelque chose comme l'Atlantique ou la Pacifique. L'anglais, où je sais que "sea" est la mer, utilise "lake" - emprunt du français "lac" - pour le lac.

Je crois que la distinction entre les langues Germaniques, y compris Nordiques, et les langues Baltoslaves est une distinction assez nette et indiscutable, ce que ces examples suffisent pleinement à illustrer.

C'est aussi assez indicustable que mon niveau en suédois et en allemand et en anglais est plus sûr qu'en danois, norvégien, néerlandais, mais que mon niveau est même beaucoup meilleur en néerlandais que dans les langues baltoslaves (lithuanien - deux cours de demi-temps pris en parallèle pour former quasi un en plein temps; polonais - un cours en demi-temps plus les deux premières semaines du cours suivant; croate - des informations orales et des regards en dictionnaire).

C'est donc assez embêtant d'être pris pour in plombier polonais par certains quand je suis un universitaire suédois. Pas que j'aurais honte d'être polonais ou d'être plombier, mais c'est embêtant de s'y mettre pour l'un et pour l'autre quand on a 44 ans.

C'est aussi embêtant parce que certains de nouveaux venus de Pologne ont pas très bien appris le français, et moi oui. Mon niveau en français est supérieur à celui en néerlandais.

Ces embêtements viennent pour des motifs qui ne sont pas exactement des observations honnêtes et intelligentes honnêtement transmises aux autres.

1/ Il y a des gens qui ne veulent pas qu'on me lise: si j'étais un plombier polonais j'aurais davantage des difficultés avec le français et les Français auraient davantage des difficultés de me lire que le cas échéant.

2/ Il y a des gens qui voudraient me tamponner comme étranger à la France, et certains pays Baltoslaves doivent culturellement plus à Constantinople qu'à Paris. Ce n'est pas le cas avec la Suède.

3/ Il y a des gens de l'Est qui boivent beaucoup qu'on voit dans les rues de Paris (pas si nombreux, mais beaucoup notés) - et il y a des gens qui voudraient me tamponner comme un buveur.

4/ Il y a des gens de l'Est qui ont récemment quitté leurs pays soit pour motif économique dans une économie détruite dans le post-communisme ou pour échapper à des conditions plus difficiles pour les homosexuels dans le post-communisme. Et il y a des gens qui voudraient me confondre avec l'une ou l'autre groupe.

Donc, écrire des messages en polonais ou russe courant dans mon livre d'or, ou promouvoir des filles - même très belles et même de très bon renommé - venues de ces pays n'est pas si bien ciblé à propos de moi.

Hans-Georg Lundahl
Bpi, Georges Pompidou
Dimanche en Octave de Noël
30-XII-2012

2 comments:

Hans-Georg Lundahl said...

Pater Noster in Erulian
http://www.christusrex.org/www1/pater/JPN-erulian.html

Hans-Georg Lundahl said...

Zut, en croate il paraît que bonsoir est dobra večer - féminin et en plus č comme en polonais cz plutôt que k comme en lithuanien!

Un grand lac est veliko jezero en croate. Et duże jezioro en polonais. J'avais pris le masculin plutôt que le neutre - vous voyez comme je suis nul en langues baltoslaves?

Heureusement, mon sujet le plus étudié à la fac était le latin, langues et lettres et là je suis meilleur:

Vobis exopto bonam vesperam.

Grandis lacus dicitur suethice "en stor sjö".