Thursday, May 13, 2010

Mais quel Chutzpa! Ça m'a fait rigoler pendant trois jours!

Éliette Abécassis écrivit un roman nommé Qumran publié par les éditions Ramsay.

p. 442 sur "le rouleau perdu" (le roman est effectivement la recherche d'un rouleau perdu de la secte essénienne de Qumran, prétendument écrit, dans cette rêverie par "le disciple que Jésus aimait" et dans le roman, l'investigateur trouve ce "rouleau perdu"):

...Où enfin il comprit qu'il n'en serait rien.
Et que Dieu l'abandonnait.
Le jour où le Messie rendit l'âme,
Le ciel n'était point obscur ...


Et de penser que j'avais eu de remords de conscience de rigoler sur Always look at the bright side of life dans un film de Monty Python!

Effectivement, pour qui a lu le psaume en entier qui commence Éloï, Éloï, lema sabactani, c'est une évidence que Life of Brian traduit le sentiment mieux que "le rouleau perdu". Pourquoi? Parce que, si c'est un psaume qui commence dans l'impression que Dieu avait abandonné le psaumiste - ou le Christ, qui s'y trouve symbolisé, c'est aussi un psaume qui continue immédiatement sur une prière, qui donne quelques observations un peu douce-amères sur l'entourage immédiat qui se mocquait depuis quelques heures du Seigneur ("bulls of Bashan" dit King James version, la Vulgate et Douay Rheims omettent charitablement ce "de Bashan" - un ex-royaume cananéen dans les aires de Samarie) et qui finit dans un espoir très bien réalisé depuis deux millennaires dans l'église. Un espoir eucharistique et de charité faite aux pauvres.

Non ce n'est pas ici que je vais élucider le symbolisme eucharistique du film Life of Brian, mais il y en a.

Éliette avait alors compté sur un lectorat qui ne connaissait pas le psaume et qui pouvait avaler une exégèse si farfelue comme ça.

Ensuite, pour combler le chutzpah (ou est-ce bien "la chutzpah"? ma grammaire hébreue est très sporadique) il y a une démenti sur quelque chose qui pourrait difficilement être déjà menti, si ce "rouleau perdu" avait été rédigé par un temoin oculaire, vu que si les mots de St Mathieu étaient mensonge il n'auraient pas été écrits qu'après le décès des temoins oculaires. Si le prétendu rouleau perdu serait d'un contemporain, St Mathieu devient automatiquement un contemporain plus proche, ce que veuelent éviter précisement les attaques usuels contre son temoignage.

Car on ne nie pas un fait qui n'a pas été allégué. Le créationnisme, en tant que négation directement ciblée du darwinisme, n'est pas antérieur à Darwin: alors, ce "roulau perdu" n'est certainement pas antérieur à St Mathieu non plus. Legère différence: St Mathieu temoigne de ce qu'il a vu, Datrwin juste de ce qu'il a conclu.

Ou, si Saint Mathieu aurait menti (ce qu'est faux, mais je veux être complet dans les possibilités) il l'aurait fait après la morts des concernés, qui avaient même vécu ce jour - mais s'il avait été tellement tardif, comment aurait il été pris pour un des contemporains?

Donc, cette chutzpah énorme m'a fait pardonner ce que j'avais cru péché dans ma vue de Life of Brian, tout en condemnant cette impudicité pseudo-philologique.

Si quelqu'un veut savoir ce que je pense sur la théorie que le Christ était essénien, et s'il lit anglais, j'ai traité la question en Was Jesus the Christ Essenian? - une question que je reponds au négatif: il a plutôt été crucifié pour son refus de l'être ou d'être ce que voualient les Esséniens, à part un qui est devenu son disciple: Simon le zélote.

Hans-Georg Lundahl
Ascension l'An du S. 2010
(Jeudi le 13/V)
G. Pompidou, Beaubourg, Paris

1 comment:

Hans-Georg Lundahl said...

Et si vous lisez l'anglais, voici (<-- clicquez le lien) mon article sur le thème :

Holy Mass (in Latin) was the "Life of Brian" Houghton