Thursday, September 10, 2009

Non, Noël ne "coincide pas plus ou moins" avec les Saturnalies! (et Toussaints n'est pas Samhain, voir commentaires)

Historia, sept-oct 2008, p. 67

À propos de Saturne:

... et son culte comporte une délicieuse fête qui commence le 17 décembre et dure six à sept jours (solstice d'hiver).



À propos de Jésus:

... la célébration de sa naissance en vint à coïncider plus ou moins avec la fête romaine traditionnelle du solstice d'hiver.



Quelle sornette complette!

Les Saturnalies finissaient le 22 ou 23 décembre, tandis que Noël commençait et commence le soir avant le 25. Et il était précédé (comme toujours chez les Orthodoxes et les Uniates) par une jeûne très stricte, et comme d'habitude dans les carêmes, c'était la dernière semaine la plus stricte de la période de jeûne. Loin de coïncider avec les Saturnalies, Noël était préparés par une jeûne qui en excluait la célébration.

Hans-Georg Lundahl
Paris IV, BpI G. Pompidou
28 août/10 sept A. D. 2009

16 comments:

Hans-Georg Lundahl said...

Autre inexactitude, même numéro de la même publication, voir "Pontos Euxinos d'abord Pontos Axinos" dans mes questionettes philologiques, url abrégé http://o-x.fr/efe

Hans-Georg Lundahl said...

puisque qqn (sur FB) avait dit "hein", voilà une autre tentative d'explication:

ben, il y a, comme à Historia (magazine d'histoire) l'année passée, des gens qui disent que tel ou tel fête chrétienne n'était qu'une adaptation d'une fête païenne, et je viens de préciser pourquoi c'est le contraire de la vérité historique

ce n'est pas Noël, c'est la carême de Noël qui incide autour des Saturnalies

c à d quand les païens étaient censés fêter, les chrétiens étaient normalement en train de jeûner, fait qui les excluait des festivités des païens

Hans-Georg Lundahl said...

Chez les irlandais, les Saturnalies avaient leur correspondence assez exacte en Samhain. Par contre, ce n'était pas St Constantin qui donna la signale de célébrer une fête chrétienne au même temps, mais les missionnaires en Irlande, puis ils étaient suivis par un Pape qui exorcisa le temple païen Pantheon (pandemonium dans la polémique chrétienne) et la refit en église chrétienne de Notre Dame et de Tous les Saints à la même date.

Hans-Georg Lundahl said...

ce site donne donc des renseignements très faussés

Hans-Georg Lundahl said...

Ceci est donc un hotch-potch de mensonges et de démi-vérités:

"Le prédécesseur chrétien d'Halloween, la Toussaint des catholiques romains, était célébrée à l'origine en mai et non le 1er novembre. En 308, l'empereur romain Constantin apaisa la population des territoires païens, nouvellement conquis, en leur accordant le droit de conserver leur ancien rite du Jour de Samhain, parallèlement à la dernière fête fixée, la Toussaint. Le panthéon de Rome, un temple construit pour adorer une multitude de dieux, fut converti en église. Pendant que les chrétiens célébraient leurs saints disparus, les païens dédiaient la nuit précédente à leur "seigneur de la mort" "

St Constantin le Grand n'avait pas conquis des nouveaux territoires païens, il avait christianisé ceux qu'il avait (en autorisant le culte et la foi chrétiennes, l'interdiction du culte païen n'est venu que plus tard sous Théodose), ce qui ne comprenait point l'Irlande. Est ce n'était que beaucoup plus tard que le Panthéon fut converti en église chrétienne, siècle dans laquelle le paganisme était officiellement non-existant à Rome.

On a, sans suffisemment de critique, cueilli des intox anti-catholiques et anti-irlandaises (donc puritains, harvardiens, vraiment froids et saturnins d'esprit) d'une encyclopédie anglophone mal documenté.

Hans-Georg Lundahl said...

"Aujourd'hui, dans le monde entier, Halloween est la fête la plus importante pour les satanistes. Le 31 octobre est le nouvel an du calendrier des sorciers.

"Le "Word Book Encyclopédia" affirme que c'est le commencement de tout ce qui est "cold, dark and dead"(froid, noir et mort).

"De nos jour encore, on sait que les satanistes pratiquent des sacrifices humains, cette nuit là, aux Etats Unis et en Australie."

Et à France? En 2007 j'ai vu des pompiers autour de quelqu'un (ou quelque chose?) qui semblait être tombé à sa mort, cette nuit là. C'est entre autres choses pour ça que j'ai quitté Nice.

Hans-Georg Lundahl said...

Pourtant, laissons pas une fête aux satanistes, le triduum de Pâques est aussi blasphémé par des sabbaths des sorcières. Item pour la Sainte Valpurgis.

Hans-Georg Lundahl said...

Ce lien ci (= http://o-x.fr/8jv) donne des renseignements plus correctes et meiux documentés; l'exorcisme et la dédicace de l'ex-panthéon en St Vierge de Tous les Martyrs a lieu au VII siècle, ce qu'est correcte, et on cite Jaques de Voragine.

Hans-Georg Lundahl said...

Néanmoins, c'est un site protestant. On date trop tard la décision d'honorer les saints martyrs, ça se faisait déjà à l'époque de St Polycarpe, disciple de St Jean, ce qu'explique l'accusation malicieuse des Juifs contre les chrétiens sur le plan religieux.

Hans-Georg Lundahl said...

Le Martyre de St Polycarpe de Smyrne

Hans-Georg Lundahl said...

autre lien, scrollable

Hans-Georg Lundahl said...

Il souffla donc à Nicétès, le père d’Hérode et le frère d’Alcé, de persuader le magistrat de ne pas rendre le corps. Car, disait-il, ils vont oublier leur crucifié pour se mettre à adorer celui-ci. Les Juifs appuyaient frénétiquement ces discours. Ils nous avaient épiés quand nous avions tenté de le reprendre sur le bûcher. Ils ne savaient pas que jamais nous ne pourrons renoncer au Christ qui a souffert pour le salut du monde entier, immolant son innocence à nos péchés ; Nous n’en adorerons jamais un autre. Nous vénérons le Christ parce qu’il est le Fils de Dieu, et nous aimons les martyrs parce qu’ils sont les disciples et les imitateurs du Seigneur. Leur ferveur incomparable envers leur roi et leur maître mérite bien cet hommage. Puissions-nous aussi être leurs compagnons et leurs condisciples.

Le témoignage dit donc, avec les applications sur St Polycarpe:

1 Il y a une grande distinction entre l'Adoration envers le Christ, vrai Dieu et vrai homme et l'amour pour les martyrs.

2 Les Juifs de l'époque - anti-chrétiens et anti-catholique qu'ils étaient étaient quand même prets de prendre l'amour pour les martyrs pour une adoration.

La conclusion raisonnable est: l'amour et l'hommage pour les martyrs égale celle qu'aujourd'hui encore des Juifs et des judaïsants (c à d des Protestants) prennent pour "adoration" et que les catholiques et orthodoxes de nos jours encore disent, non, ce n'est pas adoration. Donc, la première source citée (ou était-ce la deuxième?) a très tort de ramener jusqu'au III ou IV siècle la décision d'honorer les saints martyrs.

La chose qui est vrai est que la date de Samhain devint une fête chrétienne par décision des missionnaires, et qu'ainsi ils pouvaient savoir, par les fidèles présents à la messe et peut-être la veille de Toussaint, qu'ils n'avaient pas fêté Samhain. Et plus tard, un Pape à Rome a fait un exorcisme de Panthéon, débarassant l'église des statues des déités païennes comme des démons y associés à cette même date, tandis que l'Orient avaient une autre date pour la fête de Toussaints.

Mais de ramener à l'empéreur Saint Constantin la décision de christianiser Samhain, ça relève d'une historiographie archiconfuse qui mélange tout ce qu'elle trouve fausse dans le catholicisme avec la personne de cet empéreur.

Et de faire pour les druides III siècles avant le Christ une histoire comment ils célébraient Samhain, en détails parallèles aux "trick and treat" et "Jack-O-Lantern", pose la question: si les druides étaient une société secrète préchrétienne, comment est-ce que ces historiographes savent tellement sur leurs pratiques secrètes? La reponse probable étant: ils ne le savent pas, mais ils essaient de noircir la coutume irlandaise devant les consciences chrétiennes.

Posons quand même que trick and treat avait des cortèges druidiques comme précurseurs, dont l'ultimatum était non pas "trick" mais malédiction ou alors non pas "treat" mais sacrifice païen, parfois même humain: n'est-ce pas possible que trick and treat commémore la joie d'être débarassés des druides? Parce qu'elle est carrément ridicule comparé à cette coutume païenne, si elle a existé.

Non, ne donnons pas la Toussaint aux néo-druides et satanistes, j'ai marre d'écouter les quelques jours avant la prétendue fête de l'horreur la médiatèque musicale jouer du RAP qui repète "Lucifer".

Hans-Georg Lundahl said...

Voici, pour les anglophones, quelque chose sur les origines chrétiennes de l'histoire du Jack O Lantern (il n'était pas chrétien lui-même, mais il vivait bel et bien dans un monde chrétien) et de la coutume de "trick and treat".

LINK

Il faut ajouter que la coutûme d'accepter du pain au raisin au nom d'un défunt et de promettre de prier pour lui, est tellement chrétienne, que pas seulement les catholiques, mais aussi les orthodoxes font autant jusqu'aujourd'hui.

Quand j'étais à une messe orthodoxe en automne 2006, j'avais accepté le gateau, et je voulais savoir qui était la veuve (les deux ou trois femmes pleuraient également, et je ne pouvais pas savoir par les pleures qui était veueve et qui essayait de consoler) et pour qui je devais prier. La paroisse en question sait très bien qu'elle a pri ma question d'une manière très autrement, je ne vais pas dévoiler laquelle.

Hans-Georg Lundahl said...

Donc, les question sur le purgatoire qui divisaient les parties du Concil de Florence, comme la question si le pape a l'autorité d'ajouter telle ou telle oeuvre précise à la liste des prières qu'on peut faire pour les défunts n'entre même pas dans le jugement de cette coutûme.

Les deux disent qu'il est utile de prier pour les défunts, les deux disent qu'il y a certains oeuvres qui sont pieux pour délivrer ou soulager les siens, comme par exemple de donner aumône à qqn pauvre pour qu'il prie pour le défunt.

La tradition de "souling" (ancêtre du "trick or treat") n'est donc pas une tradition païenne, mais l'agape chrétienne.

Hans-Georg Lundahl said...

Pour ce lien - je vais probablement ajouter le blog à mon blogroll - je remercie Tea At Trianon blog, le message Halloween étiquette.

Hans-Georg Lundahl said...

Bon, quand je dis que Jack O Lantern n'était pas chrétien lui-même, il faut qualifier le propos: il n'était pas un bon chrétien.